Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2013, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives

Cape Traditional Singers / Fezeka Youth Choir

Traditions vocales du Cap

Musique

    DATES ET LIEUX
    • L'apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise et du val d’Oise
      4 octobre
    • Théâtre de la Ville
      5 et 6 octobre
    • Scène nationale d’Orléans
      8 octobre

    Le Cap se glorifie d’être la « Cité-Mère » de l’Afrique du Sud.
    Née en 1652 d’une station de ravitaillement pour les navires hollandais, elle abrita tous les mélanges qui donnèrent naissance à l’Afrique du Sud moderne. Habitants aborigènes khoikhoi et bushmen, colons européens, esclaves amenés d’Inde, d’Indonésie, de Madagascar et d’Afrique, Africains de langue bantoue ont interagi et donné naissance à une culture originale caractérisée par une passion pour le chant choral. Les barrières imposées par l’apartheid ont entraîné l’apparition de styles différents. Ceux qui étaient classés coloured(métis) ont célébré en chansons le Nouvel an, empruntant aux vieux fonds hollandais ou aux varieties internationales, y insérant des techniques vocales venues de régions musulmanes et organisant le tout sur un rythme particulier, le ghoema beat.
    Ceux qui étaient classés natives ou bantus ont développé une hymnodie chrétienne, mise en forme écrite depuis la fin du XIXe siècle, dans laquelle harmonies et mélodies européennes ont été réorganisées selon les polyphonies chantées dans les villages. Ces chants religieux ont servi de modèles à des chansons profanes.
    Les Cape Traditional Singers, choeur fondé par Anwar Gambeno en 1981 à partir du Malay Choir The Tulips, est un des meilleurs interprètes des chansons de carnaval du Cap et des répertoires propres aux Malay Choirs, les moppies et les nederlandsliedjies.
    Dans les premières, chansons comiques en forme de pot-pourri, le soliste doit faire rire de la voix et du geste ; dans les secondes, issues des airs de mariage musulmans, il doit orner les mélodies afin de transmettre une plus grande émotion.
    En formant le Fezeka Youth Choir, Phume Tsewu, professeur d’anglais, donne à ses élèves une leçon de vie en les entraînant dans le répertoire des chants sacrés et profanes, des cantiques, et des oeuvres de compositeurs sud-africains de la fin du XIXe siècle comme dans les répertoires modernes européens et africains. Avec l’énergie d’un passionné engagé, il transmet à des jeunes des quartiers défavorisés du Cap sa quête de perfection, son exigence : «La perfection musicale est un moyen de donner fierté et confiance à des jeunes qui vivent dans un grand dénuement ».

    Traditions vocales du Cap
    Cape Traditional Singers – Chansons traditionnelles des « Choeurs Malais » et des troupes du Carnaval
    Direction et percussion ghoema, Anwar Gambeno
    Fezeka Youth Choir – Cantiques et chants profanes
    Direction, Phume Tsewu

    1re partie : Cape Traditional Singers
    Chants des « choeurs malais »
    2e partie : Fezeka Youth Choir
    Cantiques et chants profanes
    3e partie : Cape Traditional Singers
    Chansons de carnaval
    Final : Cape Traditional Singers et Fezeka Youth Choir


    Coproduction Théâtre de la Ville-Paris ; Festival d’Automne à Paris // Manifestation organisée dans le cadre des Saisons Afrique du Sud-France 2012 & 2013 www.france-southafrica.com //France Musique enregistre ce concert