Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2013, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives

Claude Régy

La Barque le soir

Théâtre

    DATES ET LIEUX
    • le CENTQUATRE-PARIS
      24 octobre au 24 novembre

    Ce que personne d’autre ne sait
    Dans ce texte s’invente un univers vierge parce que se brouillent continûment les frontières : monter et descendre, toucher le fond parmi la vase, émerger à la surface – à peine un quart de visage, le nez seul peut-être.
    Respiration – très peu d’air – asphyxie – lutte farouche pour l’interrompre.
    Ce qu’on ressent, c’est le trouble constant de l’absence de démarcation.
    « Pas une mort violente, mais une mort profonde, silencieuse. »
    Une vie profonde, silencieuse. C’est l’écho qu’on entend au loin.
    À demi cadavre, un homme dérive accroché, d’un bras, à un tronc d’arbre qui flotte à la surface d’un fleuve. Il dérive vers le sud « comme une conscience blessée. » Des choses qui viennent d’une autre existence – la sienne sans doute en un autre temps – se déchaînent sur lui.
    À moins qu’il s’agisse des manifestations d’une existence extérieure à la sienne. Il s’agit en tout cas d’un déchaînement de forces qui s’opposent à lui, contraint comme il est de s’abandonner au courant. Vesaas laisse de grands espaces de liberté où peuvent jouer les clés secrètes de notre conscience. Il écrit un pur poème et nous le ressentons illimité.
    Pour l’homme qui navigue – étrange navigation – son reflet dans l’eau et sa propre place tout contre la mort peuvent dire – c’est un moment unique – ce que personne d’autre ne sait. Un cheminement lent au bord de l’inconnaissable.
    L’ultime ne finit pas. C’est une ouverture – pour un temps prolongé – à une libre coexistence de la vie et de la mort. Une sorte de permanence est donnée au passage du seuil qui cesse, par là même, d’être fatal et émotionnel. C’est une aventure du corps et de l’esprit, une expérience à l’extrême du vivant, dans le moment infiniment dilaté de sa rupture.
    La dilatation permet l’observation au-delà même du savoir.
    Claude Régy, mars 2013

    La Barque le soir de Tarjei Vesaas
    Mise en scène, Claude Régy
    (reprise)
    Adaptation par Claude Régy du texte « Voguer parmi les miroirs », extrait du roman de Tarjei Vesaas La Barque le soir, traduit
    du norvégien par Régis Boyer
    Assistant à la mise en scène, Alexandre Barry
    Scénographie, Sallahdyn Khatir
    Lumière,Rémi Godfroy
    Son, Philippe Cachia
    Avec Yann Boudaud, Olivier Bonnefoy, Nichan Moumdjian


    Création Les Ateliers Contemporains // Coproduction Odéon-Théâtre de l’Europe (Paris) ; CDN Orléans-Loiret-Centre ;
    Théâtre National de Toulouse Midi-Pyrénées et Théâtre Garonne ; Comédie de Reims ; Festival d’Automne à Paris //
    Réalisation Le CENTQUATRE (Paris) // Spectacle créé le 27 septembre 2012 à l’Odéon-Théâtre de l’Europe/Ateliers Berthier
    dans le cadre du Festival d’Automne à Paris