Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2013, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives

Igor Stravinsky / Matthias Pintscher / Anton Webern

Im Sommerwind / Chute d’étoiles / L’Oiseau de feu

Musique

    DATES ET LIEUX
    • Opéra National de Paris Bastille
      30 octobre

    Magistralement, Im Sommerwind et L’Oiseau de feu inaugurent, ou presque, l’oeuvre de Webern et celle de Stravinsky.
    À l’été 1904, Webern, qui n’est pas encore l’élève de Schoenberg, compose à 21 ans sa première authentique partition d’orchestre, Im Sommerwind, à l’intersection du romantisme luxuriant de ses modèles d’alors (Mahler et Richard Strauss) et d’une concision qu’il adoptera bientôt.
    Cinq ans plus tard, au cours de l’hiver 1909-1910, à Saint-Pétersbourg, Stravinsky entreprend à 27 ans son premier ballet, L’Oiseau de feu, dans lequel un jeune
    prince, de sa pitié, terrasse un ogre aux griffes vertes, Kachtcheï. D’anciennes légendes russes, des contes de fées et le souvenir du Coq d’or de Rimski-Korsakov traversent ce « conte dansé », dont la brillance harmonique et orchestrale est devenue légendaire.
    Chute d’étoiles s’inspire de l’installation monumentale qu’Anselm Kiefer, à qui l’oeuvre rend hommage, réalisa en 2007 au Grand Palais, oscillant entre un temps de la création et un temps de la ruine.
    Le compositeur et chef d’orchestre Matthias Pintscher en retient la spectaculaire puissance du matériau et, au-delà de la pesanteur de la pierre et du plomb, sa souplesse et sa malléable clarté.
    Comme un écho lointain de l’origine du monde, d’une catastrophe première, sinon du big bang, l’oeuvre, éruptive, et délivrant de luxuriantes énergies, s’ouvre sur une détonation. Celle-ci, peu à peu, sera domptée, fissurée, voire percée par un duo de trompettes au visage double de Janus, ambivalent.

    Anton Webern
    Im Sommerwind
    Matthias Pintscher
    Chute d’étoiles pour deux trompettes et orchestre (création en France)
    Igor Stravinsky
    L’Oiseau de feu (version intégrale)
    Reinhold Friedrich, trompette
    Marc Geujon, trompette
    Orchestre de l’Opéra national de Paris
    Direction, Matthias Pintscher
    Nouveau directeur musical de l’Ensemble intercontemporain, Matthias Pintscher dirige les concerts des 27 septembre et 8 novembre à la Cité de la musique


    Coréalisation Opéra national de Paris ; Festival d’Automne à Paris // Avec le concours de la Sacem