Portrait Romeo Castellucci

Du 4 novembre au 14 décembre

Romeo Castellucci n’a de cesse, depuis ses premiers rapports avec la scène il y a plus de trente ans, d’interroger la matière théâtrale dans ses fondements même. Chaque pièce est ainsi passée au crible d’une réflexion sur des origines autant que sur des fins qui justifieraient la pratique du théâtre ici et maintenant, par la grâce de cet archaïsme envers et contre tout résistant : l’humain dans ses représentations.


L’œuvre est l’une de celles qui ont fait passer notre commerce avec le personnage, sa psychologie, ses intrigues dans un monde d’allégories, de sentences, d’odeurs, de couleurs et de sons, qui n’engagent plus à suivre la narration d’une fable, mais un cheminement mental à travers des blocs où s’ouvrent des connexions insoupçonnées entre objets de nature différente. Chaque scène porte sa part de parabole, jamais totalement révélée, qui joue des éléments les plus triviaux comme des plus éthérés. En interrogeant ce qui s’est infiltré et disséminé au théâtre depuis d’autres champs artistiques, philosophiques ou théologiques, scientifiques ou technologiques, chaque pièce de Romeo Castellucci met les sens en alerte, suscite un profond ébranlement physique autant que spirituel. « Théâtre d’images » a-t-on dit grossièrement, alors que « l’image » n’est qu’une composante d’une interrogation complexe de la figure et de la figuration englobant le corps, l’objet, le verbe, l’espace, la lumière et le temps. Chaque fois il s’agit pour lui de remettre le théâtre sur le métier, en tournant autour de l’irréductible irreprésentable. Comme il le fera dans les trois pièces représentées cette année au Festival d’Automne. En dévoilant dans Schwanengesang D744, couche après couche, le corps palimpseste de son interprète ; en activant, dans Le Sacre du Printemps, les traces dansantes laissées dans l’air par la terre des ancêtres ; en auscultant enfin, dans Go Down, Moses, le buisson ardent, ce « dialogue avec le feu qui conduit à brûler toutes les images ».

 

 

%de édition 2018
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris