Julien Gosselin | Mao II

Après Michel Houellebecq et Roberto Bolaño, Julien Gosselin poursuit avec Don DeLillo son exploration scénique du roman d’aujourd’hui et de la violence « archaïque » de nos sociétés contemporaine. Mao II orchestre en une polyphonie de sensations une réflexion sur la célébrité et sur le vide.
Publié en 1991, Mao II est le plus récent des trois romans de Don DeLillo que Julien Gosselin adapte simultanément à la scène aujourd’hui. Il apparaît comme une sorte de petit frère du livre suivant, le monumental Outremonde, que le romancier mettra six ans à écrire. Mao II est un roman déjà amplement polyphonique, livre virtuose et orwellien où rôdent les ombres de Salman Rushdie et J.D. Salinger, l’Ayatollah Khomeiny et l’effigie de Mao démultipliée par Andy Warhol (dans l’œuvre qui lui donne son titre). Il y a un écrivain célèbre mais reclus, son éditeur, une photographe « contemporaine », une téléphage jadis adepte de la secte Moon, un archiviste monomane… et, au loin, un monde où la violence terroriste se déchaîne sourdement. C’est surtout une polyphonie de sensations qu’orchestre Don DeLillo – et à présent Julien Gosselin, lui-même adepte d’un théâtre total dans lequel musique, images et lumières diffractent la perception – à travers ces personnages attachants car leur quête d’identité est aussi la nôtre. Des êtres ballotés comme des coquilles vides dans une réalité où les individus encourent perpétuellement la menace d’être transformés en de simples multiples.
––––––
Durée : 3h10

En pratique

Odéon-Théâtre de l’Europe – Ateliers Berthier
Du 21 novembre au 19 décembre | Les mercredis à 20h
Réserver