Aller au contenu
Pascal Rambert Répétition
12 décembre au 17 janvier
© Photo: Marc Domage
Chargement du calendrier
© Marc Domage

Pascal Rambert

Répétition

T2G – Théâtre de Gennevilliers
12/12 au 17/01

« À l’heure où tous les artifices sont bons pour faire théâtre, Pascal Rambert revient avec force au texte, au corps, à la voix. Répétition est une gageure, un parti pris assumé et revendiqué de renouer avec les sens, la quête de sens, du langage pour une génération qui a perdu le goût de tout. », écrit Marie-José Sirach dans L’Humanité. Fidèle à sa passion du « temps réel » (le temps de la fiction et celui de la représentation ne font qu’un), à sa manière de flouter les lignes entre fiction et réalité, Pascal Rambert ancre son texte à l’époque de Tchekhov mais multiplie les preuves que le drame en question se déroule bien « ici et maintenant ». Ainsi, les quatre personnages de Répétition se confondent-ils avec les acteurs qui les interprètent. Dans une salle de répétition, Emmanuelle – actrice (Emmanuelle Béart), Audrey – actrice (Audrey Bonnet), Denis – écrivain (Denis Podalydès), et Stan – metteur en scène (Stanislas Nordey) voient leur structure artistique imploser. Pour Brigitte Salino du Monde les quatre acteurs, « comptent parmi les plus intéressants d’aujourd’hui, chacun dans son style. »

Lire la critique du spectacle parue dans Le Monde
© Louis Malecek

Yves-Noël Genod

Rester vivant

Théâtre du Rond-Point
16 au 31/12

Yves-Noël Genod ne se présente lui-même que comme un « distributeur » de spectacle, de poésie et de lumière, il n’invente rien qui n’existe déjà, il révèle. Ce comédien prétend s’effacer derrière son œuvre qu’il désirerait n’être que trace infime et dérisoire. Pour sa nouvelle création, il s’est inspiré des poèmes de Charles Baudelaire : « De tout temps ce spectacle était déjà là, "ready made", comme de tout temps les artistes ont inventé des spectacles qui n’auront jamais lieu. », indique Isabelle Barbéris, maître de conférences en arts de la scène, à propos du spectacle. Pourtant, « Yves-Noël Genod n’est pas et ne se prend pas pour Charles Baudelaire et c’est pour cela qu’il n’a jamais vraiment fait, malgré ses talents d’illusionniste, du spectacle d’illusion. Tout n’est pas dans tout et réciproquement, comme disait Duchamp. »

Découvrir le programme de salle du spectacle
© Détail : David Maljković, Lithographie
David Maljković In Low Resolution

Palais de Tokyo
20/10 au 11/01

In Low Resolution regroupe des œuvres préexistantes et de nouvelles créations de David Maljković. L’artiste croate entreprend depuis plusieurs années un travail critique sur le Modernisme, avec un intérêt particulier pour les symboles architecturaux et les formes sculpturales créés dans la Yougoslavie socialiste. Dans l’espace d’exposition du Palais de Tokyo, il interroge ces formes dans leur relation au présent mais aussi dans leur potentialité, réelle ou fictionnelle, de développement dans un futur proche ou lointain.
À l’occasion de l’exposition, le Festival d’Automne à Paris met en vente la lithographie spécialement créée par David Maljković pour la 43e édition du Festival. Tirée à 150 exemplaires, numérotée et signée au recto, vous pouvez vous la procurer sur le site internet du Festival ou à la librairie du Palais de Tokyo.

Accéder à la vente en ligne
© Antoine de Baecque lors de la conférence
« Une histoire sans cesse en mouvement » © DR
« Une histoire sans cesse en mouvement » Une conférence par Antoine de Baecque

Dans le cadre du cycle de conférences organisé par le Rectorat de Paris, Antoine de Baecque, historien et enseignant à l’École normale supérieure, évoque l’histoire du Festival d’Automne à Paris. Lors de la conférence qu’il donna à l’École des Beaux-Arts le 7 octobre, il analyse « l’esprit Automne », cette « aventure étonnante » que Michel Guy, créateur du Festival en 1972, définit ainsi :
« Le Festival d’Automne est né du vide ambiant. Avec, au départ, ces quelques idées-forces, auxquelles je n’ai cessé d’être attaché : les frontières nationales ne sauraient en aucun cas être des limites culturelles ; la création n’a de sens qu’à se nourrir d’échanges, de brassages, de confrontations ; Paris ne pourrait redevenir un lieu de rayonnement culturel qu’à être, simultanément, un lieu d’accueil et de circulation. »

Regarder un extrait de la conférence
© DR
« Un esprit de découverte, de transmission et de partage » Cours de Re-création au Palais de Tokyo


Projet novateur initié par le Festival d’Automne, Cours de Re-création accompagne durant toute l’année scolaire des élèves de 4 à 18 ans dans leur découverte de l’art contemporain. Le principe en est simple : une classe rend compte de sa perception d’une œuvre à des élèves venus d’un autre établissement scolaire. Ceux-ci vont à leur tour visiter une exposition pour en effectuer la transmission. Outre l’opportunité de se familiariser avec l’art contemporain, ce dispositif permet un échange entre enfants de différents quartiers et classes d’âge. Cette « passation » s’accompagne de textes, dessins, photos ou vidéos réalisés par les élèves, matériau qui fait chaque année l’objet d’une exposition à la Maison du geste et de l’image.
En 2014, Cours de Re-création se déroule au Palais de Tokyo à l’occasion de l’exposition du plasticien croate David Maljković et au Jeu de Paume pour le dispositif « Inventer le possible – Vidéothèque éphémère 2 ».

Découvrir le reportage réalisé lors de la visite de l'exposition David Maljković par les élèves de l’école Tanger A (Paris 19e)
L'ÉDITION 2014
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Sur place / par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

SOUTIENS & PARTENAIRES