Aller au contenu
Robert Wilson Les Nègres de Jean Genet
3 octobre au 21 novembre
© Photo: Photographie de répétitions – Robert Wilson © Lucie Jansch
Chargement du calendrier
© Sally Cohn

Lucinda Childs

Dance

Le Forum / scène conventionnée de Blanc-Mesnil
15/10
Théâtre de la Ville
17 au 25/10

« La danse forme un courant continu de corps traversant la scène… comme la musique : c’est un flux, on a envie de s’y glisser, d’être à l’intérieur d’elle. » C’est ainsi que la chorégraphe américaine Lucinda Childs décrit sa propre création Dance. Créée en 1979 sur une musique de Philip Glass et un dispositif filmique de Sol LeWitt, la pièce constitue dans l’histoire de la danse un moment de synthèse – combinaison de l’épure de la danse minimaliste et de l’intense collaboration avec la scène musicale et artistique de l’époque. En trois sections de 20 minutes – deux quartets et un solo – Lucinda Childs façonne le courant des corps pour l’inscrire au cœur des boucles répétitives des compositions de Philip Glass.

Regarder un extrait vidéo du spectacle
© Dorothea Tuch

She She Pop

« Le Sacre du Printemps »

Les Abbesses
20 au 24/10

Depuis 1993, She She Pop, collectif féminin basé à Berlin, ausculte rituels sociaux et systèmes médiatiques, dans des mises en scène où l’humour côtoie l’intransigeance et la spontanéité la sincérité. Après avoir invité leurs propres pères en 2010 à partager la scène dans Testament, les membres de She She Pop poursuivent leur enquête générationnelle et adaptent, en présence de leurs mères et des spectateurs, Le Sacre du Printemps de Stravinsky. Pour Christine Wahl du magazine allemand Der Spiegel, le collectif parvient à créer « une grande soirée de théâtre qui parle de tout sauf de questions de culpabilité et d’erreurs d’éducation. » Délaissant le rituel archaïque du ballet pour celui, contemporain, du dévouement maternel, le collectif s’attaque à la question de la place de la femme, prise entre renoncements et réalisation personnelle. Avec ce « Sacre du Printemps », She She Pop tente de construire une communauté qui n’aurait pas besoin d’un tel sacrifice pour émerger.

Découvrir le site internet du collectif
© Pavillon perdu, 2008. Collection EVN, Maria Enzersdorf, Vienne. © David Maljković
David Maljković In Low Resolution

Palais de Tokyo
20/10 au 11/01

« Déplacements, juxtapositions et soustractions. Pour son exposition au Palais de Tokyo, David Maljković met en scène des temps différents, des catégories aussi séparées que le souvenir individuel et l’imaginaire collectif […] », explique Julien Fronsacq, commissaire de l’exposition. Dans une véritable installation « site specific », In Low Resolution regroupe œuvres préexistantes et nouvelles productions de l’artiste croate, révélant le rapport complexe à une histoire des formes, au temps et à l’espace.
En parallèle, PERSONAL CUTS. L'Art à Zagreb de 1950 à nos jours au Carré d'Art – Musée d'art contemporain de Nîmes rassemble les œuvres d’une quinzaine d’artistes croates, dont David Maljković, du 17 octobre au 11 janvier 2015. L’exposition trace une brève histoire des tendances radicales de l’art moderne et contemporain en Croatie.

Plus d'informations sur l'exposition In Low Resolution
© Luca del Pia
Portrait Romeo Castellucci Publication de l'ouvrage Ces années Castellucci de Jean-Louis Perrier


Romeo Castellucci est l’un des refondateurs majeurs de la scène théâtrale du XXIe siècle. En interrogeant ce qui s’est infiltré et disséminé au théâtre depuis d’autres champs artistiques, philosophiques ou théologiques, scientifiques ou technologiques, chacune de ses pièces met les sens en alerte, suscite un profond ébranlement physique autant que spirituel. Les trois spectacles présentés cette année dans le cadre du Portrait que le Festival d’Automne à Paris lui consacre traduisent cette inlassable remise en question du théâtre. En parallèle du Portrait, le critique Jean-Louis Perrier vient de publier Ces années Castellucci (Les Solitaires Intempestifs). « Les pages de ce livre donnent forme à tout ce que, au cours des ans, j’ai cherché à oublier. Seule la capacité de vision d’un spectateur combattant comme Jean-Louis Perrier pouvait témoigner de ces pans du passé, pas moi. », écrit Romeo Castellucci.
Disponible en librairie fin octobre.

En savoir plus
© projet Parcours d’auteurs © DR
L’éducation artistique et culturelle au Festival d'Automne à Paris « Un esprit de découverte, de transmission et de partage »


Riche de ses spécificités, le Festival d'Automne à Paris a développé une série de projets donnant aux jeunes spectateurs la possibilité de découvrir différents lieux et disciplines, de rencontrer metteurs en scène, compositeurs, plasticiens et chorégraphes et de participer à des ateliers avec ces artistes. Autant d’opportunités leur permettant d’éveiller leur curiosité, de prendre confiance en eux, d’approfondir leurs connaissances et de s’épanouir. À travers, notamment, les Portraits d’artistes de William Forsythe, Luigi Nono et Romeo Castellucci, la création musicale Ambidextre de Pierre-Yves Macé et l’exposition de David Maljković au Palais de Tokyo, le Festival propose cette année un ensemble de projets d’éducation artistique et culturelle s’adressant aux jeunes, de l’école maternelle à l’université, dans un esprit de découverte, de transmission et de partage.

Découvrir le blog tenu par les lycéens participants aux projets d’éducation artistique et culturelle
L'ÉDITION 2014
PROCHAINEMENT
  • Matthew Barney et Jonathan Bepler

    River of Fundament
  • Jérôme Bel

    Jérôme Bel
  • William Forsythe

    Steptext // Neue Suite // In The Middle, Somewhat Elevated
    Semperoper Ballett de Dresde
  • Fanny de Chaillé

    Le Groupe
  • Maguy Marin

    BiT
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Sur place / par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

SOUTIENS & PARTENAIRES