Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2015, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives

Noé Soulier

Removing

Danse

    DATES ET LIEUX
    • Théâtre de la Bastille
      12 au 16 octobre

    Rencontrée sur un plateau, dans les espaces d’une fondation d’art contemporain voire au cœur d’un potager (du roi), l’approche gestuelle de Noé Soulier ne cesse d’intriguer. Fort d’un parcours qui le voit étudier au Conservatoire de Paris puis à l’École Nationale de Ballet du Canada et enfin à P.A.R.T.S. Bruxelles, Noé Soulier interroge la manière « dont on perçoit et dont on interprète les gestes à travers des dispositifs multiples ». Chorégraphie, performance ou essai, tout fait sens chez cet archéologue du mouvement. Adepte du décalage pratiqué comme un art majeur, le chorégraphe, premier prix du concours Danse Élargie en 2010, impose sa signature sans jamais passer en force. À propos de cette création pour six interprètes, Noé Soulier évoque l’observation des mouvements d’autrui, « un vocabulaire de gestes que les danseurs partagent avec le public ». Il s’agit dès lors de travailler sur des séquences de mouvements composées de préparations pour d’autres mouvements… « qui ne viennent jamais. Cette ellipse constante permet de rendre visible l’intention du danseur, car celle-ci affecte les gestes qui précèdent l’accomplissement du but absent ». On devine l’intention de Noé Soulier entre construction intellectuelle et jubilation partagée. À quoi s’ajoutera une autre source d’inspiration, le Jiu-Jitsu brésilien. « Nous travaillons sur des actions orientées vers le corps de l’autre en nous appuyant sur cet art martial. » Et Noé Soulier de jouer sur les niveaux de densité visuelle par des contrastes soudains ou par évolution progressive. Toujours en recherche, sa danse bouscule nos certitudes.

    Conception et chorégraphie, Noé Soulier
    Avec Jose Paulo Dos Santos, Yumiko Funaya, Anna Massoni, Norbert Pape, Nans Pierson, Noé Soulier
    Création sonore, Éric La Casa
    Lumière, Gilles Gentner
    Costumes, Chiara Valle Vallomini

    Production déléguée ND Productions // Coproduction LE CND, un centre d’art pour la danse ; Festival d’Automne à Paris ; Maison de la Danse (Lyon) ; TAP − Théâtre Auditorium de Poitiers ; Centre de Développement Chorégraphique de Toulouse / Midi-Pyrénées ; Musée de la Danse / Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne ; PACT Zollverein (Essen) ; Kaaitheater (Bruxelles) // Coréalisation Théâtre de la Bastille ; LE CND, un centre d’art pour la danse ; Festival d’Automne à Paris // Avec le soutien de la DRAC Île-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication // Ce spectacle fait partie du projet d’éducation artistique et culturelle Parcours d’auteurs, co-initié par le Festival d’Automne et la SACD // Avec le soutien de King’s Fountain
    Spectacle créé le 8 octobre 2015 au PACT Zollverein (Essen)