Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2016
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2010, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives

Nikolaï Obouhov / Boris Filanovsky / Valery Voronov / Galina Ustvolskaya

Istztuplenie (Extase), d’après Le Livre de vie...

Musique

    DATES ET LIEUX
    • Opéra National de Paris Bastille
      22 octobre

    En marge des avant-gardes autorisées et des gardes officielles s’étend l’univers méconnu des talents singuliers. C’est là que l’on trouve Nikolaï Obouhov (1892-1954), personnage à l’aura mystérieuse, perdu dans les limbes d’une incompréhension quasi-totale de son œuvre, et qu’ont exhumé il y a déjà quelques années Reinbert de Leeuw et Elmer Schönberger. S’engouffrant dans la brèche ouverte par Alexandre Scriabine, ce Russe de naissance et français d’adoption pousse à l’extrême une réflexion pour le renouveau du langage musical. Il a notamment inventé un système de notation et élaboré, près de dix ans avant Schoenberg, sa propre technique d’écriture dodécaphonique. Il laisse un chef-d’œuvre monumental et lacunaire, Le Livre de vie, dont les velléités mystiques nourrissent encore sa légende.
    C’est également là qu’on trouvera Galina Ustvolskaya, sa cadette de 17 ans, dont le texte religieux sous-jacent à son œuvre a toujours su rester suffisamment discret pour ne pas attirer les foudres du régime, malgré des idées musicales radicales. Éminente pédagogue, Galina Ustvolskaya a, peut-être plus qu’aucun autre compositeur de sa génération, servi de modèle et d’inspiration à la jeune avant-garde russe postsoviétique. À commencer par Boris Filanovsky, dont le style rude et déclamatoire porte encore aujourd’hui son empreinte, et Valery Voronov, qui tracent résolument leurs routes dans un paysage musical russe tombé en friche en ce début de XXIe siècle.
     

    Nikolaï Obouhov
    Izstuplenie (Extase), d’après Le Livre de vie
    Quatre chansons sur des poèmes de Constantin Balmont pour soprano et ensemble
    Elmer Schönberger, orchestration
    Boris Filanovsky
    Words and Spaces pour récitant et ensemble
    Valery Voronov
    Nouvelle œuvre (commande de Asko|Schoenberg Ensemble,
    Concertgebouw d’Amsterdam, Festival d’Automne à Paris)
    Galina Ustvolskaya
    Composition n°1, Dona nobis pacem, pour piccolo, tuba et piano
    Composition n°2, Dies Irae, pour huit contrebasses, percussion et piano
    Composition n°3, Benedictus, qui venit, pour quatre flûtes, quatre bassons et piano

    Keren Motseri, soprano
    Boris Filanovsky, voix
    Asko|Schoenberg Ensemble
    Reinbert de Leeuw, direction
     


    Coréalisation Opéra national de Paris ; Festival d’Automne à Paris
    Avec le concours de la Sacem
    Manifestation organisée dans le cadre de l’Année France-Russie 2010  / www.france-russie2010.fr