Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2011, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives

Hilda Paredes / Jorge Torres Sáenz / Mario Lavista

Musique d’aujourd’hui

Musique

    DATES ET LIEUX
    • Opéra National de Paris Bastille
      18 novembre

    Il ne faut chercher chez Hilda Paredes et Jorge Torres Sáenz nulle mexicanité, au sens de cette sensualité colorée stéréotypée, mais bien plutôt un rapport étroit au verbe poétique du Mexique et à l’avant-garde européenne – Jorge Torres Sáenz a étudié à Paris, et Hilda Paredes vit désormais en Angleterre. Née à Tehuacan, dans l’État de Puebla, celle-ci n’en renie pas pour autant ses racines et engage vis-à-vis des multiples cultures mexicaines, indigènes et populaires, une réflexion critique qui mêle étroitement imaginaire et politique, le tout dans une écriture d’une précision et d’une épure remarquables.
    Convaincue que la langue que parle un compositeur modèle sa musique, Hilda Paredes aime à travailler la voix dans toutes
    ses singularités expressives.
    Dans Canciones lunáticas, sur des poèmes de Pedro Serrano (né en 1957), celle du contre-ténor Jake Arditti semble s’affranchir de toute raison. Dans Altazor, d’après le poète créationniste chilien Vicente Huidobro (1893-1948), c’est avec le baryton Guillermo Anzorena et les outils d’informatique musicale de l’Ircam que la compositrice poursuit son exploration phonétique de la langue.
    De son côté, Jorge Torres Sáenz se décrit comme un musicien philosophe (et vice versa). Tirant son inspiration de ses lectures de Wajdi Mouawad ou de Dante, il recherche la coexistence entre l’image poétique et les sensations acoustiques, et se joue de la mémoire, qu’elle soit intime ou anhistorique.
    Éminent pédagogue – Hilda Paredes et Jorge Torres Sáenz sont tous deux passés par sa classe –, Mario Lavista est sans doute en partie responsable de la richesse de cette nouvelle génération : il lui a ouvert les portes de la nouvelle musique, par son enseignement comme par sa musique.

    MUSIQUE - MEXIQUE

    Mario Lavista
    Reflejos de la noche pour quatuor à cordes
    Jorge Torres Sáenz
    Cicatrices de luz pour ensemble avec accordéon
    Por entre el aire oscura pour clarinette et quatuor à cordes
    Hilda Paredes
    Altazor pour baryton, ensemble et électronique sur un poème de Vicente Huidobro
    Création. Commande du Festival d’Automne à Paris réalisée dans les studios de l’Ircam
    Réalisation informatique musicale Ircam, Lorenzo Bianchi
    Canciones lunáticas, trois chants pour contre-ténor et quatuor à cordes, sur des poèmes de Pedro Serrano

    Guillermo Anzorena, baryton
    Jake Arditti, contre-ténor
    Mathieu Steffanus, clarinette
    Ensemble L’Instant Donné
    Direction, James Weeks
    Quatuor Arditti

     

    Coproduction Opéra national de Paris ; Festival d’Automne à Paris
    En partenariat avec l’Ircam-Centre Pompidou
    Avec le concours de la Sacem
    Avec le soutien de l’Adami
    Manifestation organisée avec le soutien du ministère des Affaires étrangères et européennes, du ministère de la Culture et de la Communication, et de l’Institut français
    Avec le soutien de EDF Énergies Nouvelles et d’Air France

    France Musique enregistre ce concert, diffusion le lundi 2 janvier à 20h dans l’émission d’Arnaud Merlin "Les Lundis de la contemporaine"