Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2013, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives

George Benjamin / Martin Crimp

Written on Skin

Musique

    DATES ET LIEUX
    • Opéra Comique
      16 au 19 novembre

    Une courte prose occitane du XIIIe siècle, une razo, rapporte la légende de Guillem de Cabestanh, un troubadour dont Pétrarque, au siècle suivant, glorifia l’art et dont Boccace relate aussi le destin tragique : un poète s’est épris de la dame d’un riche et mauvais seigneur qui, apprenant la trahison, le tue, lui fait trancher la tête et découper le coeur qu’il sert en repas à sa dame. Stendhal traduit cette légende dans De l’amour. Martin Crimp l’associe aujourd’hui non plus à un poète, mais à un enlumineur. Car les mots, dit-il, sont des images invitant, dans leurs interstices, à la musique ; et l’enluminure donne forme à l’oeuvre, suite de cadres contenant et glaçant la passion amoureuse par des cuts cinématographiques.
    Le récit est ici confié à trois anges de notre siècle, mais inspirés des images du temps jadis, comme de l’Ange de l’histoire de Walter Benjamin, qu’un souffle projette dans un avenir auquel il tourne pourtant le dos. Une telle mise à distance dissipe l’illusion scénique et dévoile l’artifice : des anges, en somme, comme les choeurs des Passions de Bach et qui deviennent leurs propres narrateurs. Sur ce texte aux mots dûment choisis et aux relations subtilement distillées, George Benjamin a composé une nouvelle partition essentielle, après Into the Little Hill. Là, il mesure chacun de ses gestes à l’aune d’une violence latente et d’un arc admirablement tendu. La splendeur des lignes, toujours claires, le dispute à celle de l’harmonie et aux alliages nuancés et insoupçonnés de l’orchestre, en constante métamorphose de lumière. Un orchestre comme un écrin précieux, une enluminure de la voix.

    Written on Skin
    George Benjamin // Texte, Martin Crimp
    The Protector, Christopher Purves
    Agnes, Barbara Hannigan
    Angel 1 – The Boy, Iestyn Davis
    Angel 2 – Marie, Victoria Simmonds
    Angel 3 – John, Allan Clayton
    Avec David Alexander, Laura Harling, Peter Hobday, Sarah Northgrave
    Mise en scène, Katie Mitchell
    Scénographie et costumes, Vicki Mortimer
    Lumière, Jon Clark
    Orchestre Philharmonique de Radio France // Direction, George Benjamin


    Commande et coproduction du Festival d’Aix-en-Provence, du Nederlandse Opera Amsterdam, du Théâtre du Capitole de Toulouse, du Royal Opera House Covent Garden London // Coréalisation Opéra Comique (Paris) ; Festival d’Automne à Paris
    En partenariat avec France Inter