Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2015, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives
Portrait Romeo Castellucci

Romeo Castellucci

Ödipus der Tyrann

de Friedrich Hölderlin, d’après Sophocle

Théâtre

    DATES ET LIEUX
    • Théâtre de la Ville
      20 au 24 novembre

    Après tant de combats singuliers sur les scènes de théâtre, Romeo Castellucci affronte, pour la première fois, une pièce « dialoguée » et une troupe établie. Et quelle troupe, puisqu’il s’agit de celle de la Schaubühne épaulée par Angela Winkler, et quelle pièce puisque c’est Ödipus der Tyrann, version Hölderlin de la version Sophocle du mythe héroïque. Sans doute lui-a-t-il fallu passer par l’épreuve de l’opéra (Parsifal, Orfeo ed Euridice, Moïse und Aaron) pour se convaincre qu’il lui était désormais possible d’habiter pleinement le poème dans sa construction originelle.
    Après avoir puisé dans La Mort d’Empédocle pour composer The Four Seasons Restaurant, et dans Hyperion pour Hyperion. Briefe eines Terroristen, le metteur en scène italien prend cette fois à bras le corps l’entier d’Ödipus der Tyrann, dans une fraternelle étreinte avec le poète. Il reconnait ce qui l’agite au plus profond dans sa redécouverte de la tragédie attique, celle d’une pensée où s’affirmerait la part « féminine » et « orientale » de la Grèce. À cette voix couverte, qui est aussi celle de Tirésias, s’opposerait la voix ouverte d’Œdipe, celle d’une raison faut-il dire aveugle aux voyants, fermée aux mystères. Appelées par Romeo Castellucci depuis l’intérieur d’un couvent de femmes puis sur un parvis thébain, ce sont deux paroles, deux civilisations – grecque et chrétienne – qui s’interpénètrent et se contaminent tout en se révélant l’une à l’autre. Pour donner naissance à un stupéfiant engendrement paraphant la maîtrise et l’audace d’un poète de la scène.

    Mise en scène, scénographie, costumes, Romeo Castellucci
    Avec Bernardo Arias Porras, Iris Becher, Jule Böwe, Rosabel Huguet, Ursina Lardi, Angela Winkler
    Collaboration artistique, Silvia Costa
    Musique, Scott Gibbons
    Dramaturgie, Piersandra Di Matteo, Florian Borchmeyer
    Répétiteur, Timo Kreuser
    Solistes, Sirje Aleksandra Viise, Eva Zwedberg
    Assistant à la scénographie, Mechthild Feuerstein
    Lumière, Erich Schneider
    Vidéo, Jake Witlen
    Sculptures, Giovanna Amoroso, Istvan Zimmermann - Plastikart Studi­­o
    Figurants, Malene Ahlert, Amelie Baier, Ursula Cezanne, Sophia Fabian, Eléna Fichtner, Margot Fricke, Eva Günther, Rachel Hamm, Andrea Hartmann, Annette Höpfner, Nadine Karbacher, Sara Keller, Pia Koch, Feline Lang, Marion Neumann, Monika Reineck, Vanessa Richter, Helga Rosenberg, Ria Schindler, Janine Schneider, Regina Törn, Christina Wintz

    Production Schaubühne Berlin // Coréalisation Théâtre de la Ville-Paris ; Festival d’Automne à Paris
    En partenariat avec France Culture

    REVENIR À LA TRAGÉDIE
    Le second Automne parisien de Romeo Castellucci sera grec.
    Qu’ils soient « bibliques » ou « grecs », le metteur en scène italien n’a cessé de faire remonter les gestes fondateurs de notre culture, écrits et non-écrits, pour les réactiver et y soumettre notre présent. Grecs sont bel et bien les référents historiques immédiats des trois pièces présentées cette saison : Orestie (une comédie organique ?) ; Ödipus der Tyrann ; Le Metope del Partenone, qui s’inscrivent dans la fenêtre spatio-temporelle aussi étroite qu’éblouissante du siècle de Périclès. Phidias et les siens sculptent en effet les métopes – les frises – du Parthénon entre le moment où, sur le flanc de la colline athénienne, dans le théâtre de Dionysos, Eschyle donne L’Orestie (458) et Sophocle Œdipe Roi (autour de 420). Au mitan d’une époque où la cité par excellence invente cet art nouveau : la tragédie.

    La question de la tragédie, de son impossibilité – au sens grec –, et du besoin de se placer face à elle pour l’interroger n’a cessé de hanter l’auteur de Go Down, Moses. Lorsqu’il entreprend le cycle de la Tragedia Endogonidia (2002-2004), et ses onze épisodes ancrés dans dix villes européennes, Castellucci indique : « Revenir à la tragédie ne signifie pas se tourner vers le passé. Il faut couper – et non reprendre – le fil d’Eschyle… il faut considérer la tragédie comme l’unique concurrent qu’on puisse se donner » (1). Avec Orestie (une comédie organique ?), qu’il a décidé de reprendre telle quelle, comme une pièce de répertoire, exactement vingt ans après sa création, le metteur en scène avait déjà « coupé le fil d’Eschyle », en devenant en quelque sorte un « fils » libéré de L’Orestie. Libre de reprendre le texte depuis ses fondements en le fragmentant et l’exposant au présent, avec les moyens du présent, ceux de la technologie et de l’art contemporain, notamment dans les références à Bacon, ne serait-ce qu’en souvenance du fameux Triptyque inspiré par L’Orestie d’Eschyle.

    De même qu’Eschyle ou Sophocle ont extrait de légendes héroïques le matériau de leurs tragédies et en ont fait œuvre littéraire personnelle, Castellucci extrait son propre matériau de L’Orestie ou de Œdipe roi, pour élaborer son œuvre scénique. Non sans appuis essentiels. Pour Ödipus der Tyrann, il a enrôlé le guide par excellence : Hölderlin. La traduction du poète allemand est la seule, selon lui, à avoir rétabli, avec le titre, le texte de Sophocle dans son sens profond. Ce qui conduit le metteur en scène à présenter pour la première fois une pièce écrite dans sa continuité. Cette approche inédite ne lui interdit pas de nouer son Œdipe à ses œuvres précédentes. Dans l’épisode P.#06 Paris, de la Tragedia Endogonidia, présenté en 2003 à l’Odéon-Théâtre de l’Europe avec le Festival d’Automne, on avait vu entrer furtivement par une fenêtre un Jésus/Œdipe (masculin) qui n’avait pas manqué de payer son écot à la sphynge. Dans Ödipus der Tyrann, on verra son avatar (féminin), Œdipe/Jésus, sembler lui répondre depuis son palais thébain.

    Nombreuses sont les figures qui voyagent ainsi d’œuvre en œuvre. Comment ne pas évoquer encore les références baconiennes mettant en regard les images d’Orestie (une comédie organique ?), et le fascinant triptyque final d’Ödipus der Tyrann. Une composition qui vient reposer la question chère à Deleuze des couleurs et de la teneur de la chair chez Bacon. De même, le « Tout homme qui souffre est de la viande » du philosophe (2) pourrait faire écho aux terribles accidents provoqués par le metteur en scène dans Le Metope del Partenone. Quoique la catastrophe, même répétée, soit de toute autre nature que la tragédie, Castellucci s’évertue à en déplacer le sens immédiat par un balancement déchirant, en dispensant dans le temps même de l’action des « devinettes » écrites.

    L’an dernier, Go Down, Moses nous avait livré quelques exemples de ces énigmes. Une forme que Vernant relie directement à l’apparition de la conscience tragique : « L’homme et son action se profilent, dans la perspective propre à la tragédie, non comme des réalités stables qu’on pourrait cerner, définir et juger, mais comme des problèmes, des questions sans réponses, des énigmes dont les doubles sens restent sans cesse à déchiffrer. » (3) En cet endroit aussi le théâtre de Castellucci vient concurrencer la tragédie pour donner un théâtre à notre siècle. Un théâtre indéniablement tragique, refondateur de la place du spectateur à qui il demande de se réinventer. Ce geste seul, aussi ténu soit-il, est bien de l’ordre de la tragédie, en ce qu’il vient questionner l’individu et rendre, en pointillé, un contour à une possible cité.

    Jean-Louis Perrier

    (1). Romeo Castellucci, Itinera, Trajectoires de la forme, Éditions Actes Sud, 2008
    (2). Gilles Deleuze, Francis Bacon, Logique de la sensation, Le Seuil, 2013
    (3). Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce ancienne, tome II, Éditions de La Découverte, 2001

    Ödipus der Tyrann
    © Arno Declair
    Romeo Castellucci
    © Arno Declair
    Ödipus der Tyrann
    Partenaires