Giorgio Barberio Corsetti America

[Théâtre]

America est un lieu mental, concret et imaginaire en même temps. C'est le lieu de l'action, de l'accomplissement, de la résolution qui jamais ne se résoud, le lieu dans lequel les choses et les personnes sont exactement ce qu'elles sont mais qui après coup ne coincident pas avec elles-mêmes, elles s'échappent et se rebellent. Le texte du spectacle c'est le livre entier.
America, un continent à traverser. Un enchevêtrement de discours directs, indirects, pensées filtrées à travers Karl ou Kafka. Les personnages se montrent et se cachent dans le texte, ils sont contenus dans l'écriture comme les chiffres dans les Ecritures. "Etranges corps flottants, sortis à l'improviste des eaux inquiètes et tout de suite recouverts par les vagues et disparus devant le regard émerveillé" (America).
Ainsi les personnages se forment et disparaissent en équilibre instable entre le ridicule et le désespoir, dans un monde visionnaire de formes et apparitions de gestes et d'actions qu'on ne peut répéter.

Les espaces
America c'est le temps subjectif qu'on emploie pour se rendre de chez soi au lieu de travail et vice-versa, un voyage dans un continent étranger. America peut se passer dans une petite chambre ou sur un continent entier. Notre réalisation oscille entre ces deux hypothèses extrêmes. L'étude, le chômage, l'attente d'un travail; une situation réelle violente rappelle et fait résonner celle poétique et imaginaire du roman : le dépaysement, la recherche d'une place, la difficulté, l'impossibilité de trouver sa propre place, c'est notre America.

Notes de travail, Giorgio Barberio Corsetti