Robert Lepage Hiroshima

[Théâtre]

Jan Letzel et Jana Capek ne se sont jamais connus, pourtant, entre l'architecte du futur dôme de la bombe atomique et l'enfant rescapé du camp "artistique" de Terezin, un lien existe, celui qui unit les êtres qui ont vu leur vie bouleversée par leur rencontre avec le Japon. Jana, celle qui a toujours été là, qui a tout vu, tout vécu de notre siècle, de la nouvelle vague à Paris aux "performers" new yorkais, qui s'est échappée de Terezln cachée dans la boite d'un magicien, a-t-elle retrouvée en la maison de Letzel à Hiroshima la boite qui lui permettra d'échapper à notre fin de siècle ?

Après Coriolan, Macbeth, La Tempête, Le Polygraphe et Les Aiguilles et l'Opium présentés à Paris en 1992, Robert Lepage renoue avec le genre qui l'avait révélé lors de la Trilogie des Dragons, la Saga. Hiroshima s'est étendu autour et grâce à la présence du fleuve Ota, et rarement l'idée de projet-fleuve ne s'était imposée comme ici. Développée sur trois ans, cette saga autour du Japon, mais surtout sur l'image que les autres civilisations ont bâtie à son égard, se compose de sept tableaux qui évolueront le long de ces années : les sept branches de l'estuaire du fleuve Ota.