Enrique Diaz Melodrama

[Théâtre]

«Pour mettre en scène un mélodrame, il faut réunir une série de personnages archétypes : une jeune fille ingénue, un bébé abandonné, un héros romantique, une femme déshonorée, un vieux savant, un gigolo… Ces personnages se combinent pour nous distraire et nous émouvoir au cinéma, au théâtre et à la télévision. La proposition de Melodrama est l’union du langage théâtral avec des éléments de fiction utilisés comme des clichés dans l’industrie culturelle. La mise en scène a recours à des rythmes sensuels comme le tango ou le boléro et présente ainsi une facette passionnelle de la culture latine à travers des histoires mélodramatiques. La première de ces histoires est une nouvelle radiophonique dans laquelle un couple lutte envers et contre tous pour son amour. L’autre est un drame d’inceste familial où chaque épisode est représenté dans un style différent avec des références claires aux séries télévisées américaines, aux cabarets argentins, à l’opéra italien et au théâtre classique français. Un désir d’équilibre entre émotion et critique, drame et comédie, esthétique et humanité.»

Melodrama, panorama encyclopédique du genre, a offert à la Companhia dos Atores,
toujours soucieuse de revenir et commenter les idées « d’écoles scéniques aujourd’hui disparues ou tombées en désuétude », la possibilité de dresser un inventaire de « la plus grande fabrique théâtrale de clichés jamais inventés » et de proposer, avec humour, une réinterprétation de codes dont il est bon de disséquer aujourd’hui les finalités.
Melodrama est sans doute la pièce qui a le plus contribué à la notoriété de la Compagnie. Présentée au Brésil, en Argentine, en Colombie, à Porto Rico, au Portugal, en Espagne et aux Etats-Unis, elle a reçu une collection impressionnante de prix venant récompenser le spectacle, la mise en scène, les costumes et les acteurs.