Brice Pauset Exercices du silence

[Musique] Le lien avec l’ère pré-classique irrigue le parcours de Brice Pauset : compositeur, son œuvre se caractérise par un raffinement polyphonique qui renvoie à la musique médiévale, et par un instrumentarium qui donne souvent une voix aux instruments anciens ; interprète, il s’est fait, comme claveciniste et pianiste, une spécialité du répertoire baroque.

Les Exercices du silence
tirent leur source des lettres de Louise du Néant (1639-1694), aristocrate angevine dont l’expérience mystique, jalonnée de mortifications, d’humiliations et d’illuminations, fut l’une des « plus radicales du grand siècle finissant ».
Brice Pauset ajoute : « L'ampleur des symptômes qu’elle révèle contient les germes de la dramaturgie, tant théâtrale que musicale : abjection, extase, aphasie, régression alternent en une suite irrégulière de quatorze stations dont les forces sur scène, ramenées à l’essentiel (une voix, un piano), et le parti-pris de représentation (la désorientation sensorielle) exposent avec une certaine méthode le prix à payer pour un idéal donné. » 

Ce monodrame  déploie subtilement, radicalement, un réseau de stratégies de la désorientation qui, rendant palpables et audibles la souffrance et l’extase, sont aussi une manière d’exprimer la violence, incompréhensible et insidieuse, du monde d’aujourd’hui.