Christian Boltanski Les Archives du cœur

[Arts Plastiques & performance] Depuis 1986, le Festival d’Automne a attentivement suivi le parcours de Christian Boltanski, invitant celui-ci à concevoir des expositions, des installations et des spectacles qui ont fait date. L’exposition proposée aujourd’hui à la Maison rouge s’articule autour d’une installation présentée en 2005 à la galerie Marian Goodman, à Paris : Le Cœur.
Au milieu d’une salle, une ampoule dont l’intensité varie en fonction du son du battement de cœur de l’artiste. La pièce est introduite par cette question lancée au visiteur à l’orée du parcours, semblant s’échapper du mur : Qui êtes-vous ? – et complétée par Entre-temps (2003), vidéo balayant en fondu-enchaîné les visages de Christian Boltanski, de sa prime enfance à ses soixante ans. Elle est surtout prolongée par une cabine dans laquelle chacun est
invité à enregistrer les battements de son propre cœur, et à participer ainsi à la constitution des Archives du cœur de Christian Boltanski.
Ce processus de collection, appelé à se poursuivre dans les années à venir, croise trois préoccupations fondamentales du travail de l’artiste : d’abord, cette obsession de la mémoire qui, de Monuments en Inventaires, se traduit par un fascinant travail sur l’Histoire et l’archivage ; ensuite, la dimension de plus en plus autobiographique, autour de sa propre disparition, qui hante nombre de ses dernières œuvres ; enfin, cet intérêt pour le « passage du plus personnel au plus collectif », intention confiée à Catherine Grenier dans La Vie possible de Christian Boltanski, avant d’ajouter : « L’artiste est quelqu’un qui a un miroir à la place du visage. »