Jörg Widmann / Toshio Hosokawa / Olivier Messiaen Stunden Blumen / Quatuor pour la fin du temps...

[Musique] La musique de Toshio Hosokawa partage avec les œuvres de Toru Takemitsu (1930-1996) une même force poétique, un même sens de l’image, déployés avec une grande retenue. Stunden-Blumen révèle une musique en laquelle s’accomplit une subtile fusion entre l’influence occidentale et la tradition – musicale, mais aussi poétique et théâtrale – japonaise.
Inspirée par le Quatuor pour la fin du temps, œuvre de Messiaen dont elle reprend l’effectif instrumental, cette composition est parcourue, selon les mots d’Hosokawa, d’« échos nostalgiques » de la musique occidentale. Son titre, que l’on pourrait traduire par « Les fleurs des heures », renvoie à la fois à l’art de l’ikebana, au théâtre nô et à la pensée bouddhiste.
« Chercher à devenir fleur, à chanter son éclosion et sa mort, est selon moi un geste artistique inscrit dans la plus pure tradition japonaise », déclarait déjà le compositeur au sujet de son concerto pour piano, Lotus Under The Moonlight.
En miroir, l’œuvre référence d’Olivier Messiaen, écrite et créée durant la captivité du compositeur en Silésie, en 1940 et 1941, déploie une sidérante liturgie de cristal qui inscrit ce quatuor au firmament de la musique de chambre du XXe siècle.
Le compositeur et clarinettiste Jörg Widmann – dont le Festival d’Automne avait, en 2007, présenté plusieurs oeuvres – rassemble dans un premier cahier une série de Duos (2008) pour violon et violoncelle.
Quatre solistes, trois européens et une japonaise, pour tisser à nouveau, en un concert, les fils des recherches sur le son et éclairer les traditions musicales qui relient le Japon et l’Europe.