Enno Poppe Interzone

[Musique]

Commande du Festival de Berlin en 2004, Interzone : Lieder und Bilder, est la première incursion dans le lyrique – à défaut d’un terme plus approprié – d’Enno Poppe. L’œuvre s’inspire du recueil de nouvelles éponyme de William S. Burroughs (1914-1997), écrivain américain de la Beat Generation. William Burroughs nous invite à le suivre dans une plongée fascinante jusqu’aux bas-fonds du Tanger des années 1950, alors que la ville était encore zone internationale. Délaissant toute velléité biographique, Enno Poppe, le dramaturge Marcel Beyer et la vidéaste Anne Quirijnen s’attachent à rendre l’atmosphère d’indétermination spatiale, temporelle et affective qui se dégage du livre. Écrit en anglais, tour à tour parlé et chanté, le texte de Marcel Beyer reprend certaines techniques d’écritures développées par William Burroughs, pour mieux explorer cet entre-deux, à la fois transition – en tant que lieu et processus – et interruption. Habitué à se jouer des systèmes – poursuivant leur logique jusqu’à l’implosion –, Enno Poppe trouve dans ce sujet de l’exception un espace idéal pour exprimer ses préoccupations musicales.
En contrepoint, Anne Quirijnen filme la ville et ses lieux anonymes, chantiers, ponts et bords d’autoroute, ses places, lieux de vie et de passage, et les frontières de l’intime, fenêtres et immeubles étincelants – sous la forme d’une vidéo éclatée sur plusieurs écrans, vision multifocale ou prisme dispersant.