Jacqueline Caux / Gavin Bryars Les couleurs du prisme, la mécanique du temps

[Cinéma]

Ce film est inspiré par l’itinéraire d’un passeur : Daniel Caux, musicologue, essayiste, homme de radio, découvreur dans le champ des musiques expérimentales, minimales, répétitives, postmodernes, et de la techno, et ceci tout au long de ces 4 dernières décennies particulièrement riches en créations et expérimentations. Son itinéraire aura maintes fois croisé celui du Festival d’Automne à Paris.
Sa récente disparition inverse aujourd’hui les rôles : ces mêmes musiciens, qu’il a ardemment accompagnés, ont souhaité être présents dans ce film. Nous y retrouvons donc La Monte Young, Terry Riley, Steve Reich, Philip Glass, Meredith Monk, Pauline Oliveros, Gavin Bryars, Richie Hawtin, ainsi que le metteur en scène Bob Wilson et, grâce à des archives, John Cage. Plusieurs d’entre eux ont joué en direct, comme une dédicace, une de leurs œuvres, spécialement pour ce film. D’autres nous ont autorisés à filmer leur dernière création. Ce film, sorte de « belvédère Daniel Caux », embrasse une part importante et sensible de la création musicale du XXe siècle et témoigne de ces musiques auxquelles ces grandes figures, toujours créatives, sont indissociablement associées.

Les écrits de Daniel Caux sur la musique : Le silence, les couleurs du prisme et la mécanique du temps qui passe (en passant par le minimalisme, la musique répétitive, le jazz free et le postmodernisme), Éditions de l’Éclat, octobre 2009, 350 pages