Forced Entertainment The Coming Storm

[Théâtre]

Avant la création de Forced Entertainment (« Divertissement forcé »), le gala de fin d’année, la pantomime, les pétards mouillés, le stand-up, le cabaret ou l’exercice de la photo de classe étaient rarement utilisés comme armes de subversion massive. La perplexité fut donc réelle quand ce collectif d’acteurs britanniques, bien connu des lieux underground de Grande-Bretagne dans les années 1980 pour les avoir écumés en minibus, s’est mis à imposer son sens radical du détournement à l’international.
Les spectateurs découvraient de fidèles héritiers de Georges Pérec, capables de pervertir l’exercice de l’inventaire, de la liste et du rubricage, mais aussi des amateurs de Sophie Calle (Forced Entertainment adapte l’œuvre de l’artiste française Douleur exquise en 2006).
Ils découvraient surtout de fabuleux linguistes et des narratologues avertis, brillants dans leur façon de parodier les litanies ou les exposés universitaires, curieux des diverses formes de récit, de jeu, et de dramatisation cachées dans la société marchande.
En 2010, les spectateurs du Festival d’Automne avaient pu applaudir The Thrill of It All. Ils s’étonneront cette fois devant The Coming Storm, une nouvelle création pour laquelle le directeur artistique Tim Etchells réunit les membres clés de Forced Entertainment et le musicien John Avery pour explorer les rouages de la narration : « entre théâtre amateur, danse “naïve” et registre épique », prévient-il – histoire d’embrasser, de façon vaine et héroïque, le monde dans sa totalité.