Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2015, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives
Portrait Romeo Castellucci

Romeo Castellucci

Le Metope del Partenone

Théâtre

    DATES ET LIEUX
    • La Villette
      23 au 29 novembre

    Selon Romeo Castellucci, les frises du Parthénon (Le Metope del Partenone) ne représentent rien d’autre que « des batailles pour la vie ». Pour composer ses propres « frises » scéniques, le metteur en scène italien se place à l’endroit où un effroyable accident, dont les causes sont inconnues, projette sa victime entre la vie et la mort. Seule la rapidité et l’efficacité des secours peuvent la faire revenir d’un côté ou basculer de l’autre. Six accidents devraient se succéder, qui formeraient six tableaux d’une ville, six états de la douleur, six frises possibles. La fiction de chaque accident, dont la victime est interprétée par un acteur, est contrecarrée par l’intervention sur les lieux du drame d’une authentique équipe médicale, chaque fois différente.
    Les spectateurs, entrés comme tels au spectacle, sont alors projetés dans le voyeurisme de simples badauds, curieux de sang versé. Chacune des six « frises » devient « comme une scène d’urgence » où s’entrechoquent les siècles et les formes, entre ce que Romeo Castellucci considère comme le sommet artistique du siècle de Périclès, les frises du temple des temples, et la vulgarité d’une série télévisée américaine. Chaque accident est ponctué par la diffusion sur écran d’une série de « devinettes », comme des échos aux phrases énigmatiques de Go Down, Moses. Elles font osciller les spectateurs entre la sensation d’horreur vécue et l’exigence intellectuelle de décrypter ce qu’ils ne peuvent pas ne pas lire. Qui l’emporte alors de la réaction ou de la réflexion ?

    Attention le texte et certaines scènes de ce spectacle peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes.

    Suite aux événements survenus le 13 novembre à Paris et à Saint-Denis, Romeo Castellucci a tenu à s'exprimer :
     
    "Le Metope del Partenone a été créé en juin 2015 à Bâle, dans le cadre de la foire d’art contemporain d’Art Basel.
    La forme du spectacle auquel vous allez assister est en tous points identique à celle de Bâle. Rien n’a changé. Ni les actions, ni le temps, ni le mode dramatique.
    Comme là-bas, ici aussi, l’espace n’a pas de tribune.
    Idéalement, c’est comme être dans la rue : on est debout, on marche, on forme des cercles spontanés autour des actions.
    On voit des corps tomber, on lit des énigmes projetées sur le mur.
    Maintenant, c’est moi qui parle, Romeo Castellucci ; je voudrais vous dire mon état d’esprit.
    Le Metope del Partenone a le malheur de contenir des images identiques à ce que les Parisiens viennent de vivre il y a seulement quelques jours. Cette action a le malheur particulier d'être un miroir atroce de ce qui est arrivé dans les rues de cette ville. Images difficiles à supporter, obscènes dans leur exactitude inconsciente.
    Je suis conscient que trop peu de temps a passé pour traiter cette masse énorme de douleur et que nos yeux sont toujours grands ouverts sur la lueur de la violence. Je suis conscient de cela et je vous demande pardon.
    Mais je suis impuissant et ne peux rien faire face à l’irréparable que le théâtre représente.
    Voilà, en ce moment il me semble plus humain d’être là. Être ici aujourd’hui signifie qu’il faut être présent et vivant, devant les morts".

    Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire.

     

    Conception et mise en scène, Romeo Castellucci
    Musique, Scott Gibbons
    Devinettes, Claudia Castellucci
    Avec Urs Bihler, Silvia Costa, Dirk Glodde, Zoe Hutmacher, Liliana Kosarenko, Maximilian Reichert
    Collaboration artistique, Silvia Costa
    Effets spéciaux, Giovanna Amoroso et Istvan Zimmermann
    Assistance de production, Miriam Coretta Schulte
    Assistance aux costumes, Elisa Thönen

    Production déléguée Theater Basel // Coproduction Socíetas Raffaello Sanzio ; La Villette-Paris ; Festival d’Automne à Paris // En collaboration avec Socìetas Raffaello Sanzio // Coréalisation La Villette-Paris ; Festival d’Automne à Paris // Spectacle crée le 16 juin 2015 à Art Basel (Bâle)
    En partenariat avec France Culture

    REVENIR À LA TRAGÉDIE
    Le second Automne parisien de Romeo Castellucci sera grec.
    Qu’ils soient « bibliques » ou « grecs », le metteur en scène italien n’a cessé de faire remonter les gestes fondateurs de notre culture, écrits et non-écrits, pour les réactiver et y soumettre notre présent. Grecs sont bel et bien les référents historiques immédiats des trois pièces présentées cette saison : Orestie (une comédie organique ?) ; Ödipus der Tyrann ; Le Metope del Partenone, qui s’inscrivent dans la fenêtre spatio-temporelle aussi étroite qu’éblouissante du siècle de Périclès. Phidias et les siens sculptent en effet les métopes – les frises – du Parthénon entre le moment où, sur le flanc de la colline athénienne, dans le théâtre de Dionysos, Eschyle donne L’Orestie (458) et Sophocle Œdipe Roi (autour de 420). Au mitan d’une époque où la cité par excellence invente cet art nouveau : la tragédie.

    La question de la tragédie, de son impossibilité – au sens grec –, et du besoin de se placer face à elle pour l’interroger n’a cessé de hanter l’auteur de Go Down, Moses. Lorsqu’il entreprend le cycle de la Tragedia Endogonidia (2002-2004), et ses onze épisodes ancrés dans dix villes européennes, Castellucci indique : « Revenir à la tragédie ne signifie pas se tourner vers le passé. Il faut couper – et non reprendre – le fil d’Eschyle… il faut considérer la tragédie comme l’unique concurrent qu’on puisse se donner » (1). Avec Orestie (une comédie organique ?), qu’il a décidé de reprendre telle quelle, comme une pièce de répertoire, exactement vingt ans après sa création, le metteur en scène avait déjà « coupé le fil d’Eschyle », en devenant en quelque sorte un « fils » libéré de L’Orestie. Libre de reprendre le texte depuis ses fondements en le fragmentant et l’exposant au présent, avec les moyens du présent, ceux de la technologie et de l’art contemporain, notamment dans les références à Bacon, ne serait-ce qu’en souvenance du fameux Triptyque inspiré par L’Orestie d’Eschyle.

    De même qu’Eschyle ou Sophocle ont extrait de légendes héroïques le matériau de leurs tragédies et en ont fait œuvre littéraire personnelle, Castellucci extrait son propre matériau de L’Orestie ou de Œdipe roi, pour élaborer son œuvre scénique. Non sans appuis essentiels. Pour Ödipus der Tyrann, il a enrôlé le guide par excellence : Hölderlin. La traduction du poète allemand est la seule, selon lui, à avoir rétabli, avec le titre, le texte de Sophocle dans son sens profond. Ce qui conduit le metteur en scène à présenter pour la première fois une pièce écrite dans sa continuité. Cette approche inédite ne lui interdit pas de nouer son Œdipe à ses œuvres précédentes. Dans l’épisode P.#06 Paris, de la Tragedia Endogonidia, présenté en 2003 à l’Odéon-Théâtre de l’Europe avec le Festival d’Automne, on avait vu entrer furtivement par une fenêtre un Jésus/Œdipe (masculin) qui n’avait pas manqué de payer son écot à la sphynge. Dans Ödipus der Tyrann, on verra son avatar (féminin), Œdipe/Jésus, sembler lui répondre depuis son palais thébain.

    Nombreuses sont les figures qui voyagent ainsi d’œuvre en œuvre. Comment ne pas évoquer encore les références baconiennes mettant en regard les images d’Orestie (une comédie organique ?), et le fascinant triptyque final d’Ödipus der Tyrann. Une composition qui vient reposer la question chère à Deleuze des couleurs et de la teneur de la chair chez Bacon. De même, le « Tout homme qui souffre est de la viande » du philosophe (2) pourrait faire écho aux terribles accidents provoqués par le metteur en scène dans Le Metope del Partenone. Quoique la catastrophe, même répétée, soit de toute autre nature que la tragédie, Castellucci s’évertue à en déplacer le sens immédiat par un balancement déchirant, en dispensant dans le temps même de l’action des « devinettes » écrites.

    L’an dernier, Go Down, Moses nous avait livré quelques exemples de ces énigmes. Une forme que Vernant relie directement à l’apparition de la conscience tragique : « L’homme et son action se profilent, dans la perspective propre à la tragédie, non comme des réalités stables qu’on pourrait cerner, définir et juger, mais comme des problèmes, des questions sans réponses, des énigmes dont les doubles sens restent sans cesse à déchiffrer. » (3) En cet endroit aussi le théâtre de Castellucci vient concurrencer la tragédie pour donner un théâtre à notre siècle. Un théâtre indéniablement tragique, refondateur de la place du spectateur à qui il demande de se réinventer. Ce geste seul, aussi ténu soit-il, est bien de l’ordre de la tragédie, en ce qu’il vient questionner l’individu et rendre, en pointillé, un contour à une possible cité.

    Jean-Louis Perrier

    (1). Romeo Castellucci, Itinera, Trajectoires de la forme, Éditions Actes Sud, 2008
    (2). Gilles Deleuze, Francis Bacon, Logique de la sensation, Le Seuil, 2013
    (3). Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce ancienne, tome II, Éditions de La Découverte, 2001