Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2016, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives

Morton Feldman

For Philip Guston

Musique

    DATES ET LIEUX
    • Eglise Saint-Eustache
      18 novembre

    L’amitié que le compositeur américain Morton Feldman (1926-1987) entretint avec le peintre Philip Guston prit fin soudainement en 1970, au moment où Guston emprunta la voie de la peinture figurative, tournant esthétique que Feldman, grand passionné d’art abstrait, ne lui pardonna jamais. Ce n’est que dix ans plus tard, à la mort du peintre, que le compositeur entrevit la part de liberté radicale qui avait présidé au geste de Guston. « Il a cessé de se poser des questions », dira Feldman, devise qu’il reprendra à son propre compte en poussant à l’extrême son penchant pour l’étirement du temps musical. Faisant suite aux cinq heures et trente minutes du second Quatuor à cordes (1983), le trio For Philip Guston (1984), dont le titre marque la dette à l’égard du peintre, s’étend sur une durée dépassant les quatre heures. L’art de Feldman – cet art patient que le compositeur aimait à comparer au tissage des tentures et tapis du Moyen-Orient – s’y déploie dans toute sa quintessence. L’instrumentation reprend la combinaison de Why Patterns (1978) et Crippled Symetry (1983) : le piano, le célesta et les percussions à clavier (vibraphone, glockenspiel, cloches tubulaires) forment un complexe de résonances à la surface duquel viennent se loger les notes éparses de la flûte. Flottant dans l’apesanteur d’une écriture rythmique complexe, les « objets sonores » se juxtaposent et se répètent dans des variations et déplacements à peine sensibles. Attentif aux qualités sensuelles de son matériau, le compositeur se plaît à extirper tout le suc d’un accord répété, ou à dégager les multiples visages d’une ébauche mélodique, ainsi ce motif à quatre notes qui ouvre la partition. Selon lui, « les sons sont destinés à respirer, et non pas à être mis au service d’une idée ».

    Morton Feldman :
    For Philip Guston, pour piano, flûte, percussion
    Hermann Kretzschmar, piano
    Dietmar Wiesner, flûte
    Rainer Römer, percussion

    Production Festival d’Automne à Paris

    Morton Feldman © For Philip Guston, pour piano, flûte, percussion (extrait)
    Partenaires