Mette Ingvartsen to come (extended)

[Danse]

Après avoir réalisé 69 positions et 7 Pleasures, spectacles consacrés aux représentations et aux discours sur la sexualité, Mette Ingvartsen a repris une pièce plus ancienne, to come (2005), pour l’augmenter et actualiser les représentations troublées de plaisir et de jouissance qu’elle génère.
Entre to come et sa version « augmentée », douze ans se sont écoulés, pendant lesquels l’hyper-sexualisation de la réalité n’a fait que s’étendre, notamment via internet. Sous une forme de relecture rétroactive, Mette Ingvartsen a élargi à la fois le nombre de performeurs et l’horizon sensible de sa pièce d’origine. Ces images sexualisées qui ne cessent de s’incruster dans nos circuits imaginaires et physiques, quelle place leur donner ? Comment incarner, sur scène, avec des corps réels, les questions soulevées par ce flux ininterrompu de peaux, de sexes, qui formatent nos modes de jouissance ? Comment en faire simultanément le lieu d’une réflexion sur un ordre économique fondé sur la jouissance et d’un processus de réappropriation subjective ? « To come » en anglais, c’est à la fois « venir » et « jouir » – comme un moment qui ne cesse d’advenir : jouant sur ce seuil, cet instant d’acmé recommencé, la pièce travaille sur le mode de l’indistinction, de la porosité. Faisant disparaître les contours des corps, mélangeant leurs surfaces, elle les façonne comme des masses organiques et orgasmiques, dont les vitesses ou les ralentis traduisent la pulsation intime : une extase diffractée d’où émergent des états ambigus d’excitation et de plaisir.

Rencontres à l'Ecole des Beaux-Arts (Amphithéâtre des Loges) avec Mette Ingvarsten le 6 octobre à 14h
Entrée Libre