Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vincent Macaigne

En manque

Théâtre

    DATES ET LIEUX

    Une richissime collectionneuse ouvre une fondation qui contient toutes les œuvres de l’art occidental... Tel est le point de départ à partir duquel Vincent Macaigne confronte ses rêves de jeunesse et ses contradictions d’adulte, entre rébellion et résignation. Au nom d’une certaine idée de l’art.
    La reprise, au sens de Kierkegaard, mais aussi de Beckett (« rater mieux »), semble aujourd’hui au cœur de la réflexion théâtrale de Vincent Macaigne. Avant Je suis un pays, il y avait eu, en 2016, En manque. Un spectacle qui renvoie à l’un des premiers textes qu’il entreprit de monter au début de son parcours. Madame Burini, femme dépressive bien qu’immensément fortunée, ayant amassé toutes les œuvres de l’art occidental, décide d’en faire profiter le commun des mortels, et descend de sa montagne pour ouvrir au bord d’un lac une fondation... où les œuvres sont présentées cachées derrière des reproductions du Caravage ! Ce « pitch » de départ est en réalité la matière sans cesse mouvante à partir de laquelle le metteur en scène réactive chaque soir le plateau. Avec la grâce grinçante et exubérante qu’on lui connaît, il confronte ses rêves et les nôtres à la réalité, célébrant le deuil d’une certaine idée de l’art, d’une lointaine envie de changer le monde – et du désir chimérique d’accorder celui d’« en haut » et celui d’« en bas ». Joyeusement hanté par la difficulté de vivre, En manque est une apocalypse tribale, tripale et trippante, à travers laquelle l’artiste se regarde en face comme il toise le monde. « L’art sert à entendre le monde », disait-il un jour. Idéaliste autant que nihiliste, le théâtre selon Macaigne nous provoque au sens salutaire du terme.

    Sur présentation de votre billet du spectacle, accédez gratuitement le jour même à l’exposition Forsythe x Ikeda dans la grande Halle de la Villette.
    Dernier accès à 19h30.
    Plus d’information : Exposition William Forsythe x Ryoji Ikeda

    Texte, mise en scène et scénographie, Vincent Macaigne
    Avec Thibaut Evrard, Clara Lama-Schmit, Liza Lapert, Sofia Teillet, des figurants et des enfants
    Collaboration scénographie, Julien Peissel
    Lumières, Jean Huleu
    Accessoires, Lucie Basclet
    Son, Jonathan Cesaroni
    Voix, Matthieu Jaccard
    Construction du décor, Ateliers du Théâtre de Vidy
    Régie générale, Sébastien Mathé
    Assistants mise en scène, Salou Sadras
    Administration Compagnie Friche 22.66 : AlterMachine, Camille Hakim Hashemi, Elisabeth Le Coënt

    Production ; Théâtre de Vidy, Lausanne ; Compagnie Friche 22.66 // Coproduction TANDEM scène nationale (Arras-Douai) ; Holland Festival (Amsterdam) ; Théâtre de la Ville-Paris ; La Villette (Paris) // Coréalisation La Villette (Paris) ; Théâtre de la Ville-Paris // Avec la participation artistique du Jeune théâtre national // La Compagnie Friche 22.66 est soutenue par la DGCA Ministère de la Culture, au titre de Compagnie nationale // Spectacle créé le 13 décembre 2016 au Théâtre de Vidy, Lausanne
    Spectacle présenté en partenariat avec France Inter