Anne Teresa De Keersmaeker Fase, Four Movements to the Music of Steve Reich

[Danse]

Trente-six ans après sa création, Fase est devenue une archive vivante de l’histoire de la danse sans rien perdre de son épure minimaliste et de son intensité. Ces quatre mouvements façonnés sur la musique de Steve Reich, faits de quelques gestes qui se répètent, s’entremêlent et se déphasent, forment les quatre points cardinaux de l’œuvre d’Anne Teresa De Keersmaeker.

Fase marque le début : l’origine d’une œuvre chorégraphique toute entière consacrée à redéfinir la danse à partir de ses ressources propres, dans un dialogue constant avec la musique. Ce qui frappe à la vision de Fase – en ayant en tête l’ampleur du territoire musical exploré depuis plus de trente ans par Anne Teresa De Keersmaeker –, c’est à la fois la rigueur, la simplicité et l’extraordinaire variété que déploie cette œuvre inaugurale. Fase marque le début, et tous les éléments sont déjà là : la répétition, la clarté des formes, l’art mathématique dans l’agencement des figures. Les quatre mouvements qui constituent cette pièce – le piano, le violon, la voix et le rythme – sont autant d’éléments qu’Anne Teresa De Keersmaeker ne cessera de reprendre et de réagencer tout au long de son œuvre. Le principe de décalage progressif d’une phase, clé de voûte des premières œuvres minimalistes de Steve Reich, lui a servi à inventer ce langage débarrassé de toute emphase ou préciosité, creusant le sillon d’un mouvement remodelé par la durée. Dans Piano Phase, deux silhouettes identiques tournent jusqu’au vertige, dans un jeu de miroir épousant le déphasage de la ligne mélodique. Les scansions de la voix de Come Out se répercutent dans une grammaire de gestes minimalistes, tandis que Clapping Music propulse les corps dans un élan rythmique en perpétuelle mutation. Seul solo, Violin Phase – qui pourra également être vu, seul, à Lafayette Anticipations, interprété par Anne Teresa De Keersmaeker elle-même – concentre en un cercle l’ivresse d’un mouvement remodelé par la durée. Pour la première fois dans la longue histoire de ce spectacle, Anne Teresa De Keersmaeker transmet la pièce qu’elle a toujours interprétée elle-même à deux nouvelles danseuses.

––––––
Durée : 1h10