Toshiki Okada Pratthana – A Portrait of Possession

[Théâtre]

Metteur en scène-phare de la scène japonaise, Toshiki Okada présente deux pièces entrelaçant récits intimes et soubresauts de l’histoire : Five Days in March, créée en 2004, et Pratthana – A Portrait of Possession, sa dernière création, toutes deux emblématiques du travail chorégraphique et théâtral d’Okada et de sa compagnie chelfitsch.

Adapté d’un roman de l’écrivain thaïlandais Uthis Haemamool, Pratthana – A Portrait of Possession mêle le récit des amours tumultueuses d’un artiste-peintre et le passé récent de la Thaïlande, des années 1990 à aujourd’hui. Toshiki Okada adapte ce récit de vie au théâtre et le transfigure par sa chorégraphie à la gestuelle inspirée du quotidien, révélant la sensualité des acteurs, et par la scénographie signée de l’artiste Yûya Tsukahara du collectif contact Gonzo. La Thaïlande y apparaît comme un corps déformé, meurtri par la soumission à un pouvoir autocratique. La politique et la nation, le contrôle et le pouvoir, le désir et le corps, voir et être vu : les délimitations et les nuances entre ces différents pôles sont explorées, en quête de voies de traverse. La pièce interroge ainsi la notion de frontière, les moyens d’en effacer les contours ou de les transgresser, pour mieux révéler ce qui nous est commun.

––––––
Durée : 4h avec 20 minutes d'entracte
Spectacle en thaïlandais surtitré en français