Richard Linklater Le cinéma, matière-temps

[Cinéma]

Depuis trente ans, le cinéaste indépendant américain Richard Linklater développe une œuvre à la fois populaire et expérimentale. Le Centre Pompidou l’invite à présenter, pour la première fois, la rétrospective intégrale de ses films et une exposition autour de la matière de son cinéma, le temps.

Dans le paysage cinématographique américain à l’aube des années 1990, Slacker (1990) et Dazed and Confused (1993) provoquent une véritable déflagration. Le public comme la critique ne s’y trompent pas : au sein de récits éclatés inscrits dans une seule journée, Richard Linklater saisit l’esprit de sa génération, celui d’une jeunesse coming of age, accédant à un âge adulte dont elle rejette les conventions.
Ses films suivants font du temps, de son passage, de ses points de bascule, de ses traces, leur matière première. Neuf années séparent ainsi chaque opus de la trilogie romantique Before Sunrise (1995), Before Sunset (2004) et Before Midnight (2013), qui ont fait connaître le cinéaste en France. Le couple Julie Delpy et Ethan Hawke mûrit et se transforme à l’écran. Tourné pendant douze ans avec les mêmes acteurs, la chronique familiale Boyhood (2014) voit un enfant de huit ans grandir jusqu’à devenir adulte. Richard Linklater, cinéaste culte et expérimentateur, déploie en vingt-cinq films et une exposition de photographies, vidéos et films inédits la matière-temps au cœur de son travail.
–––––––
Programme détaillé à partir d’octobre sur centrepompidou.fr et notre site