Boris Charmatz / Dimitri Chamblas Echelle Humaine - À bras-le-corps

[Danse]

Les corps sont les vecteurs de cette nouvelle édition d’Échelle Humaine. Chorégraphiés, mis en scène, transformés, fantasmés, ils occupent tous les espaces de Lafayette Anticipations et nous invitent à observer ce dont le monde frémit : nos engouements et nos refus, nos tremblements et nos affirmations, nos ténacités.

En 1993, tout juste sortis du conservatoire, Boris Charmatz et Dimitri Chamblas font une entrée fracassante sur la scène chorégraphique en présentant À bras-le-corps. Cette pièce qui soumet leurs corps à une énorme dépense d’énergie tranche avec les codes de l’époque. Il s’agissait de tester les limites, les bords, surexposer les corps, la fatigue, le souffle, en confrontant leurs présences à celle du public. Répartis en carré autour des danseurs, les spectateurs voient et entendent tout : le martèlement des pas, les temps de récupération, les chocs, les frottements de chair, la peau qui commence à chauffer, puis à luire, puis à perler. Objet physique, athlétique, conçu pour leurs corps de jeunes danseurs, À bras-le-corps aurait pu s’arrêter lorsque Dimitri Chamblas a mis une parenthèse à sa carrière d’interprète. Au lieu de ça, ils ont choisi de remettre leurs organismes à l’épreuve de cette danse de l’épuisement, et de voir ce que ces gestes avaient encore à leur dire, au présent.
––––––
Durée : 35 minutes
––––––
Les représentations au CND sont interprétées par les danseurs étoiles de l’Opéra de Paris : Karl Paquette et Stéphane Bullion