Bouchra Ouizguen Éléphant ou le temps suspendu

[Danse]

Après OTTOF (2015), Corbeaux (2016) et ­Jerada (2018), la chorégraphe marocaine Bouchra Ouizguen revient au Festival avec Éléphant ou le temps suspendu. Accompagnée de sa fidèle équipe, elle continue à tisser des liens entre art populaire marocain et influences contemporaines.

Dans Éléphant ou le temps suspendu, Bouchra Ouizguen réunit des interprètes, chanteuses et musiciennes, issues de la tradition populaire marocaine du sud du pays et collaboratrices fidèles depuis plusieurs spectacles. La danse fait partie de leur vie, de leur famille, de leur histoire depuis toujours. Ensemble, elles inventent un langage chorégraphique où la singularité de chaque parcours rencontre un horizon commun. Les voix, les chants et la musique jouée sur scène dessinent la partition de ce groupe aux allures de chœur antique. Les interprètes invoquent par le geste la beauté de ce qui s’efface, de ce qui disparaît : comment la perte peut-elle être synonyme de joie ? La disparition peut-elle suspendre le temps et nous en libérer ? La chorégraphe Bouchra Ouizguen se saisit de ces questions grâce à l’émotion du mouvement et du son. Sans figer le sens, elle fait du plateau un lieu de rencontre entre des pratiques, des temporalités, des histoires différentes et construit ainsi un spectacle chorégraphique et sonore pour un temps collectif suspendu.