Renata Carvalho Manifesto Transpofágico

[Théâtre]

En dévoilant son propre corps, Renata Carvalho met à nu l’exclusion historique et la folklorisation du corps travesti, arrache les racines tortueuses des préjugés ancrés dans divers registres, tels que la grammaire, la médecine ou la justice. Une performance soliste pour une proclamation partagée.

Avec un spectacle dénonçant courageusement l’autoritarisme du gouvernement actuel à l’appui d’un travail autour des Évangiles, Renata Carvalho a agité bon nombre de scènes au Brésil et marqué les esprits, dont celui de Lia Rodrigues, qui a suggéré au Festival d’Automne de l’inviter avec sa dernière création. Manifesto Transpofágico dissèque la construction sociale et les représentations des corps transgenres, démantèle la sexualisation, les stéréotypes, la transphobie structurelle et la criminalisation qui les imprègnent, la violence de l’image pathologique qui leur colle à la peau. D’où la rêverie de la transpophagie, l’idée de manger et de digérer ce corps, d’appeler à le regarder, sous des néons scandant obsessionnellement l’espace d’un mot : « TRAVESTI ». L’artiste invite à regarder ce corps travesti comme une expérience, un laboratoire, un manifeste, celui de l’affirmation de l’historicité des corporéités.