Marlene Monteiro Freitas CATTIVO

[Danse]

Installation composée de centaines de pupitres, CATTIVO met en scène une communauté hautement musicale. Par l’effet d’une scénographie aux allures de paysage sonore intense, les objets se font sujets. Et Marlene Monteiro Freitas d’y affirmer un peu plus sa musicalité débordante.

La musique occupe une place primordiale dans la création de Marlene Monteiro Freitas. Source d’influence revendiquée, elle est souvent interprétée live, voix et instruments confondus. Avec CATTIVO, elle franchit une fois de plus le pas, proposant une installation à grande échelle constituée de centaines de pupitres. Par la grâce d’un dispositif quasi sensoriel, ces objets, la plupart du temps au service de la partition et de l’interprète, deviennent des sujets comme doués de sentiments, de désirs. Néanmoins, lorsqu’ils sont manipulés à dessein, ils peuvent être hautement anthropomorphiques. Ils sont en effet un peu comme des marionnettes, qui, à leur tour, sont faites à l’image soit de l’humain, soit de l’animal. Comme dotés d’une vie propre, ils composent une communauté symphonique, avec ses différents instruments, rythmes, lignes mélodiques. Ici une arène, là un jardin ou une maison de poupées. Cette installation explorera les frontières entre les mondes animal, végétal et imaginaire. L’installation CATTIVO sera activée par une série de lectures orchestrées par Marlene Monteiro Freitas extraites des Cahiers de Nijinski.