Anna Halprin

Parades and changes (1965), Intensive Care reflections on Death and Dying (2000)

Archive 2004
Danse
1/6

Parades and changes (1965)
Chorégraphie, Anna Halprin
Musique, Morton Subotnick. Musicien, Miguel Frasconi
Codirection et lumière, Jim Cave
Danseurs, Lakshmi Aysola, Alain Buffard, Sherwood Chen, Ann Collod, Ivola Demange, Lesley Ehrenfeld, Frank Hediger, Terre Unite Parker, Boaz Barkan
Durée : 40’

Intensive care, reflections on Death and Dying (2000)
Chorégraphie, Anna Halprin
Musique, Miguel Frasconi
Lumière, Jim Cave
Danseurs, Anna Halprin, G. Soto Hoffman, David Greenaway, Lakshmi Aysola
Durée : 45’
Coproduction Festival d’Automne à Paris, Les  Spectacles Vivants Centre Pompidou. Avec le soutien du Service Culturel de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique en France

CINÉMA
Jacqueline Caux Anna Halprin, pionnière de la Post-Modern Dance
Andy Abraham Wilson, Returning Home
En présence d’Anna Halprin
Conseillère artistique, Jacqueline Caux

Anna Halprin et Merce Cunningham – contemporains et amis – sont considérés comme les pionniers de la post-modern dance. Si Cunningham a choisi le collage, le hasard, la technologie, Halprin a développé de son côté des improvisations sur les gestes du quotidien, la nudité, les rapports communautaires et, plus tard, la maladie et la mort. Chez elle, en Californie, ont travaillé Simone Forti, Yvonne Rainer, Meredith Monk et Trisha Brown. Agée de 84 ans, Anna Halprin se produit ici pour la première fois en France.
Parades and Changes s’articule autour de la banalité des gestes du quotidien tels que s’habiller et se déshabiller. Les danseurs finissent par s’envelopper d’une immense feuille de papier couleur chair qui se froisse et se déchire dans le silence. Cette mise en scène de la nudité fera interdire le spectacle aux Etats-Unis durant vingt ans.
Intensive Care est né d’un atelier qu’Anna Halprin a mené avec des malades atteints du sida. Par un jeu subtil de drapés et de lumière bleutée, elle restitue sur scène la gestuelle qu’elle a pu observer en accompagnant ces malades dans les services de soins intensifs. Halprin précise : « Je ne suis pas du tout une thérapeute, je suis simplement une artiste qui aime trouver une issue sociale imaginative. Pour moi, l’art c’est ça : amener les choses proposées ou imposées  au sein d’un processus créatif ».
À l’écran, les travaux qu’Anna Halprin mène dans la nature depuis plusieurs décennies  se retrouvent dans Returning Home, d’Andy Abraham Wilson, film dans lequel elle improvise son futur retour à la terre. Il sera projeté à la Cinémathèque de la Danse à la suite de Anna Halprin, pionnière de la Post-Modern Dance, film réalisé par Jacqueline Caux, familière de la chorégraphe : « À la suite de Duchamp et de Cage, elle rend l’ordinaire étrange, et alors il devient de l’art ».

Paroles de chorégraphe

Dans le même lieu

Centre Pompidou
27 - 29 septembresept.

Mathilde Monnier
Territoires

Danse
Réserver

Investissant les galeries du Centre Pompidou le temps d’un week-end, Mathilde Monnier propose avec Territoires un travail sur la mémoire et la circulation, comme « une collection de 30 ans de gestes issus de ses créations ». Une façon de faire jouer la mémoire au présent, dès maintenant, ou par anticipation.

Centre Pompidou
2 octobreoct. — 31 décembredéc.

Apichatpong Weerasethakul
Particules de nuit

Arts visuels Focus

Le cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul est l’invité du Festival d’Automne et du Centre Pompidou. Il expose une dizaine d’installations vidéos qui transforme l’ancien solarium en un espace nocturne habité par les réminiscences biographiques et architecturales.

Centre Pompidou
2 octobreoct. — 9 novembrenov.

Apichatpong Weerasethakul
Rétrospective

Arts visuels Focus

Apichatpong Weerasethakul présente la rétrospective intégrale de ses films au Centre Pompidou : ses huit longs métrages, la trentaine de films courts (et rares) qu’il a réalisés, des œuvres collectives ainsi que deux longs métrages dont il est le producteur.

Centre Pompidou
5 - 14 octobreoct.

Apichatpong Weerasethakul
A Conversation with the Sun (VR)

Performance Focus
Réserver

Seconde incursion du cinéaste thaïlandais dans le domaine de la performance, A Conversation with the Sun (VR) fabrique à l’aide de la réalité virtuelle les conditions d’un rêve collectif.

Centre Pompidou
23 - 26 octobreoct.
Points communs – Théâtre 95
12 - 13 novembrenov.

Ligia Lewis
Still Not Still

Danse
Réserver

La chorégraphe Ligia Lewis poursuit avec Still Not Still sa réflexion sur les silences et les zones d’ombres de l’Histoire. Dans cette pièce, les interprètes rejouent en boucle une partition dont la dimension burlesque ne fait que souligner le tragique.

Centre Pompidou
27 - 30 novembrenov.

Forced Entertainment
Signal to Noise

Théâtre
Réserver

La compagnie menée par Tim Etchells fête ses quarante ans d’existence et n’en finit pas de se renouveler. Plongés dans une réalité virtuelle qui vacille, six comédiennes et comédiens se voient dépossédés de leurs voix, et de leur être. C’est à ne plus rien y comprendre… Bienvenue dans ce nouveau monde.

Centre Pompidou
13 - 22 décembredéc.
Théâtre des Quartiers d'Ivry
22 - 26 janvierjan.

Sébastien Kheroufi
Par les villages

Théâtre
Réserver

C’est au balbutiement de son parcours artistique que Sébastien Kheroufi découvre Par les villages, de Peter Handke qui évoque le retour d’un écrivain dans son village natal. Dans ce contexte crépusculaire où un univers décline au profit d’un autre, s’élèvent les voix des « offen-sés et humiliés » qui autrefois se taisaient.