Alain Buffard

Tout va bien

Archive 2010
Danse
1/3

Tout va bien
Chorégraphie et mise en scène, Alain Buffard
Assistante, Fanny de Chaillé
Fabrication et interprétation, Lorenzo de Angelis, Raphaëlle Delaunay, Armelle Dousset, Jean-Claude Nelson, Olivier Normand, Tamar Shelef, Betty Tchomanga, Lise Vermot
Lumière, Yves Godin
Costumes, Misha Ishibashi
Régie générale, Christophe Poux
Production PI:ES
Coproduction Théâtre de Nîmes ; Festival Montpellier danse 2010 ; Les Spectacles vivants – Centre Pompidou ;
Ménagerie de Verre – Paris ; Centre chorégraphique national de Caen/Basse Normandie ; Festival d’Automne à Paris
Avec le soutien de l’Adami
Avec le soutien à la diffusion ARCADI (Action régionale pour la création artistique et la diffusion en Ile de France
Ce spectacle a été accueilli en résidence de création au Théâtre de Nîmes.
Avec le soutien du Centre national de danse contemporaine d’Angers et du Centre de Développement Chorégraphique de Toulouse/Midi-Pyrénées
Alain Buffard est artiste-associé au Théâtre de Nîmes pour les saisons 2010/2011 et 2011/2012. PI:ES reçoit le soutien de la DRAC Île-de-France, du ministère de la Culture et de la Communicationau titre de l’aide à la compagnie conventionnée et de CulturesFrance pour ses projets à l’étranger.
Spectacle créé les 21 et 22 juin au Festival Montpellier Danse 2010

Training à la corde à sauter, pieds de micro arborés en guise de mitraillettes, danseurs promenés en laisse… Les emblèmes de l’asservissement, contraint ou consenti, hantent les créations d’Alain Buffard depuis Good boy (1998), un solo culte aux frontières de l’activisme politique, qui s’affiliait davantage au courant américain de la performeuse Anna Halprin qu’à la « Jeune danse française » des années 1980. Il faut rappeler que les thèmes de l’apprentissage et de la discipline prennent chez le chorégraphe une force singulière lorsque l’on se souvient que cet ancien interprète de Régine Chopinot, Daniel Larrieu, ou Philippe Decouflé avait lui-même déserté les scènes instituées pour imposer, contre l’idée d’un corps glorieux et invulnérable, une poésie du désœuvrement. Ainsi, dans ses « pièces chorégraphiques », stars transgenres, silhouettes emperruquées et autres figures minoritaires errent sur des plateaux blancs lumineux, souvent structurés par des actions éparses et grotesques.
Pour Tout va bien, nouvelle création qui s’inscrit en continuité de Dispositifs 3.1 (2001) et de S.E.S.A. (2009) – commande du CNDC d’Angers pour les étudiants de la Formation d’Artistes Chorégraphiques –, Alain Buffard s’attache aux stratégies d’émancipation et de diversion élaborées pour faire face aux diverses formes d’oppression. Un travail sur les structures normatives de l’éducation qui prend, selon les mots du chorégraphe, la forme d’une « guérilla ludique » et s’appuie sur un vocabulaire gestuel militaire. Tempi frappés, courses effrénées, postures martiales s’ajoutent ainsi à son répertoire pour achever d’en faire un vaste panorama des servilités ordinaires.
 

Dans le même lieu

Centre Pompidou
27 - 29 septembresept.

Mathilde Monnier
Territoires

Danse
Réserver

Investissant les galeries du Centre Pompidou le temps d’un week-end, Mathilde Monnier propose avec Territoires un travail sur la mémoire et la circulation, comme « une collection de 30 ans de gestes issus de ses créations ». Une façon de faire jouer la mémoire au présent, dès maintenant, ou par anticipation.

Centre Pompidou
2 octobreoct. — 9 novembrenov.

Apichatpong Weerasethakul
Rétrospective

Arts visuels Focus

Apichatpong Weerasethakul présente la rétrospective intégrale de ses films au Centre Pompidou : ses huit longs métrages, la trentaine de films courts (et rares) qu’il a réalisés, des œuvres collectives ainsi que deux longs métrages dont il est le producteur.

Centre Pompidou
2 octobreoct. — 31 décembredéc.

Apichatpong Weerasethakul
Particules de nuit

Arts visuels Focus

Le cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul est l’invité du Festival d’Automne et du Centre Pompidou. Il expose une dizaine d’installations vidéos qui transforme l’ancien solarium en un espace nocturne habité par les réminiscences biographiques et architecturales.

Centre Pompidou
5 - 14 octobreoct.

Apichatpong Weerasethakul
A Conversation with the Sun (VR)

Performance Focus
Réserver

Seconde incursion du cinéaste thaïlandais dans le domaine de la performance, A Conversation with the Sun (VR) fabrique à l’aide de la réalité virtuelle les conditions d’un rêve collectif.

Centre Pompidou
23 - 26 octobreoct.
Points communs – Théâtre 95
12 - 13 novembrenov.

Ligia Lewis
Still Not Still

Danse
Réserver

La chorégraphe Ligia Lewis poursuit avec Still Not Still sa réflexion sur les silences et les zones d’ombres de l’Histoire. Dans cette pièce, les interprètes rejouent en boucle une partition dont la dimension burlesque ne fait que souligner le tragique.

Centre Pompidou
27 - 30 novembrenov.

Forced Entertainment
Signal to Noise

Théâtre
Réserver

La compagnie menée par Tim Etchells fête ses quarante ans d’existence et n’en finit pas de se renouveler. Plongés dans une réalité virtuelle qui vacille, six comédiennes et comédiens se voient dépossédés de leurs voix, et de leur être. C’est à ne plus rien y comprendre… Bienvenue dans ce nouveau monde.

Centre Pompidou
13 - 22 décembredéc.
Théâtre des Quartiers d'Ivry
22 - 26 janvierjan.

Sébastien Kheroufi
Par les villages

Théâtre
Réserver

C’est au balbutiement de son parcours artistique que Sébastien Kheroufi découvre Par les villages, de Peter Handke qui évoque le retour d’un écrivain dans son village natal. Dans ce contexte crépusculaire où un univers décline au profit d’un autre, s’élèvent les voix des « offen-sés et humiliés » qui autrefois se taisaient.