Latifa Laâbissi

Adieu et merci

Archive 2013
Danse

Adieu et merci
Conception et interprétation, Latifa Laâbissi
Conception scénographique, Nadia Lauro
Costume, Nadia Lauro, Latifa Laâbissi
Création lumière, Yves Godin
Création son, Manuel Coursin
Direction technique, Ludovic Rivière

Production Figure Project – Rennes // Production déléguée Latitudes Prod – Lille (www.latitudescontemporaines.com) // Coproduction Musée de la danse – CCNRB ; Théâtre National de Bretagne – Rennes ; Le Phare – CCN du Havre Haute-Normandie ; Open Latitudes network ; Le Vivat, scène conventionnée d’Armentières ; Institut français / Ville de Rennes ; Les Spectacles vivants – Centre Pompidou (Paris) ; Festival d’Automne à Paris // Coréalisation Les Spectacles vivants – Centre Pompidou (Paris) ; Festival d’Automne à Paris //
Avec le soutien du Tanzquartier Wien et du CNDC Angers // Figure Project est soutenue par le Ministère de la Culture – DRAC Bretagne au titre des compagnies conventionnées, le Conseil régional de Bretagne, l’Institut français, la Ville de Rennes et Rennes métropole (http://figureproject.com) // Avec le soutien de l’Adami

La représentation est terminée. Les lumières se rallument.
Le public commence à applaudir. La danseuse revient sur scène et salue. Que se passe-t-il à ce moment précis ? Où sommes-nous : encore dans le temps de la représentation, déjà dans l’après – à la lisière ? Et que recouvre le geste de l’interprète qui tout à la fois s’incline, remercie le public et se livre à son approbation ? Le salut constitue un rituel incoutournable en même temps qu’un seuil, reflétant différentes conventions implicites de la représentation. Afin de rayonner à partir de ce code scénique, d’aborder ses zones d’étrangeté ou de drôlerie, Latifa Laâbissi endosse une figure paradoxale lui permettant d’en parcourir les strates historiques, esthétiques et subjectives : à la fois elle-même et une foule d’autres qui l’ont précédée, elle glisse entre les identités et les registres. Au filtre de cette fin sans cesse reprise, étirée, différée, des fragments d’histoires s’enchassent, des mémoires remontent à la surface : un jeu de variations, de diffraction des temps et des présences, « autant de fois qu’il y a de fins possibles ». « Saluer politique, saluer social, saluer pour de vrai, saluer pour de faux » : des révérences de ballet aux saluts contemporains, Latifa Laâbissi construit une minutieuse chorégraphie de traces et d’inclinations mettant le spectacle en abyme. Mêlant les genres, réfléchissant et redéfinissant les formats, le travail de Latifa Laâbissi cherche à faire entrer sur scène un hors-champ multiple ; un paysage anthropologique où se découpent des histoires, des figures et des voix, et par où s’infiltrent les signes de l’époque. Après des pièces comme Self-portrait Camouflage, Loredreamsong ou Histoire par celui qui la raconte, présentée en 2006 au Festival d’Automne à Paris, Adieu et merci continue à creuser dans l’inconscient de la danse afin d’en révéler les angles morts.

Le Centre Pompidou avec Vidéodanse, présente dans le cadre de Films de Danse / Parole de Danse
5 décembre, 20h au Cinéma 2 du Centre Pompidou
Latifa Laâbissi
Self portrait camouflage, 2006, 26’.
Un film de Sophie Laly. Chorégraphie et interprétation : Latifa Laâbissi
Dans un dispositif réalisé par la scénographe Nadia Lauro, Latifa Laâbissi expose sa nudité sans retenue ni pudeur. Elle est allongée sur un sol blanc, derrière des cordelettes de musée, éclairée par quatre rangées de quatorze projecteurs. Coiffée d’un couvre-chef sioux, le visage grimaçant, elle soumet lentement son corps à des contorsions surprenantes et invraisemblables. Dans ce solo audacieux, politique, c’est l’image de l’empire colonial et des grands discours qu’elle écorche. La touche de burlesque, c’est son admiration pour Buster Keaton.
Rencontre à l’issue de la projection avec Latifa Laâbissi, Christophe Wavelet et Sophie Laly

Dans le même lieu

Centre Pompidou
27 - 29 septembresept.

Mathilde Monnier
Territoires

Danse
Réserver

Investissant les galeries du Centre Pompidou le temps d’un week-end, Mathilde Monnier propose avec Territoires un travail sur la mémoire et la circulation, comme « une collection de 30 ans de gestes issus de ses créations ». Une façon de faire jouer la mémoire au présent, dès maintenant, ou par anticipation.

Centre Pompidou
2 octobreoct. — 31 décembredéc.

Apichatpong Weerasethakul
Particules de nuit

Arts visuels Focus

Le cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul est l’invité du Festival d’Automne et du Centre Pompidou. Il expose une dizaine d’installations vidéos qui transforme l’ancien solarium en un espace nocturne habité par les réminiscences biographiques et architecturales.

Centre Pompidou
2 octobreoct. — 9 novembrenov.

Apichatpong Weerasethakul
Rétrospective

Arts visuels Focus

Apichatpong Weerasethakul présente la rétrospective intégrale de ses films au Centre Pompidou : ses huit longs métrages, la trentaine de films courts (et rares) qu’il a réalisés, des œuvres collectives ainsi que deux longs métrages dont il est le producteur.

Centre Pompidou
5 - 14 octobreoct.

Apichatpong Weerasethakul
A Conversation with the Sun (VR)

Performance Focus
Réserver

Seconde incursion du cinéaste thaïlandais dans le domaine de la performance, A Conversation with the Sun (VR) fabrique à l’aide de la réalité virtuelle les conditions d’un rêve collectif.

Centre Pompidou
23 - 26 octobreoct.
Points communs – Théâtre 95
12 - 13 novembrenov.

Ligia Lewis
Still Not Still

Danse
Réserver

La chorégraphe Ligia Lewis poursuit avec Still Not Still sa réflexion sur les silences et les zones d’ombres de l’Histoire. Dans cette pièce, les interprètes rejouent en boucle une partition dont la dimension burlesque ne fait que souligner le tragique.

Centre Pompidou
27 - 30 novembrenov.

Forced Entertainment
Signal to Noise

Théâtre
Réserver

La compagnie menée par Tim Etchells fête ses quarante ans d’existence et n’en finit pas de se renouveler. Plongés dans une réalité virtuelle qui vacille, six comédiennes et comédiens se voient dépossédés de leurs voix, et de leur être. C’est à ne plus rien y comprendre… Bienvenue dans ce nouveau monde.

Centre Pompidou
13 - 22 décembredéc.
Théâtre des Quartiers d'Ivry
22 - 26 janvierjan.

Sébastien Kheroufi
Par les villages

Théâtre
Réserver

C’est au balbutiement de son parcours artistique que Sébastien Kheroufi découvre Par les villages, de Peter Handke qui évoque le retour d’un écrivain dans son village natal. Dans ce contexte crépusculaire où un univers décline au profit d’un autre, s’élèvent les voix des « offen-sés et humiliés » qui autrefois se taisaient.