Toshiki Okada

Ground and Floor

Archive 2013
Théâtre

Ground and Floor
Texte et mise en scène, Toshiki Okada
Avec Taichi Yamagata, Makoto Yazawa, Yukiko Sasaki, Mari Ando, Izumi Aoyagi
Scénographie, Shusaku Futamura
Musique, Sangatsu
Dramaturgie, Sebastian Breu
Costumes, Yuko Ikeda
Régisseur général, Koro Suzuki
Son, Norimasa Ushikawa
Lumière, Tomomi Ohira
Vidéo, Shimpei Yamada
Traduction française, Mathieu Capel et Hirotoshi Ogashiwa
Directrice de production, Akane Nakamura
Manager compagnie, Tamiko Ouki

Production Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles) // Producteur exécutif chelfitsch (Tokyo) // Producteur associé precog (Tokyo) //
Coproduction Hebbel am Ufer/HAU (Berlin) ; La Bâtie – Festival de Genève ; KAAT (Kanagawa Arts Theater) ; Kyoto Experiment ; De Internationale Keuze van de Rotterdamse Schouwburg ; Dublin Theatre Festival ; Théâtre Garonne (Toulouse) ; Onassis Cultural Center (Athènes) ; Les Spectacles vivants – Centre Pompidou (Paris) ; Festival d’Automne à Paris // Coréalisation Les Spectacles vivants – Centre Pompidou (Paris) ; Festival d’Automne à Paris // Remerciements à Steep Slope Studio et Nao Kusumi //
Spectacle créé le 22 mai 2013 au Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles)
Avec le soutien de The Agency for Cultural Affairs Government of Japan in the fiscal 2013 // Avec le soutien de l’ONDA, Office national de diffusion artistique   // Avec le soutien de la Fondation Franco-Japonaise Sasakawa, de The Japan Foundation (Performing Arts Japan Program for Europe) et de la Fondation pour l’étude de la langue et de la civilisation japonaises sous l’égide de la Fondation de France

Toshiki Okada, qui a fondé sa compagnie chelfitsch en 1997, est connu pour son « théâtre dansé », qui détourne la gestuelle du quotidien pour explorer les enjeux de la société contemporaine japonaise.
Le thème du travail précaire était ainsi au centre de Hot Pepper, Air Conditioner and the Farewell Speech, présenté au Théâtre de Genneviliers
dans le cadre du Festival d’Automne à Paris 2010.
Avec Current Location et Ground and Floor, le metteur en scène ouvre un nouveau chapitre de son parcours.
Marqué par le tragique séisme du 11 mars 2011 et l’accident nucléaire de Fukushima qui s’en est ensuivi, il y interroge le thème du changement et la recherche d’un rapport plus adéquat entre les individus et le monde.
Ground and Floor suit ainsi le parcours d’une femme en butte aux contraintes sociales, parlant une langue japonaise ordinaire, mais comme en voie d’extinction.
Current Location se déroule dans un univers de sciencefiction, où sept femmes évoluent dans un village que l’on dit « damné ». Alors que les rumeurs circulent, chacune adopte une attitude différente à l’égard de cette menace. Comment faire face à une réalité fragmentaire et incertaine, qui semble perdre toute vraisemblance ? Comme le résume Toshiki Okada : «On veut à tout prix changer les circonstances, et si l’on ne peut
pas, on est frustré ou en colère. On se promet de changer, ou bien on hésite. On essaye de rester calme en toutes circonstances. On dit que c’est une question de courage ou de lâcheté, ou alors, on ignore la question…
On espère ne pas faire d’erreur, pour avoir raison. Et on compare cet espoir aux erreurs irréversibles que l’homme a commises par le passé. Les personnages de Current Location vivent ainsi, et nous aussi. »

Dans le même lieu

Centre Pompidou
27 – 29 septembresept.

Mathilde Monnier
Territoires

Danse
Réserver

Investissant les galeries du Centre Pompidou le temps d’un week-end, Mathilde Monnier propose avec Territoires un travail sur la mémoire et la circulation, comme « une collection de 30 ans de gestes issus de ses créations ». Une façon de faire jouer la mémoire au présent, dès maintenant, ou par anticipation.

Centre Pompidou
2 octobreoct. – 9 novembrenov.

Apichatpong Weerasethakul
Rétrospective

Arts visuels Focus

Apichatpong Weerasethakul présente la rétrospective intégrale de ses films au Centre Pompidou : ses huit longs métrages, la trentaine de films courts (et rares) qu’il a réalisés, des œuvres collectives ainsi que deux longs métrages dont il est le producteur.

Centre Pompidou
2 octobreoct. – 31 décembredéc.

Apichatpong Weerasethakul
Particules de nuit

Arts visuels Focus

Le cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul est l’invité du Festival d’Automne et du Centre Pompidou. Il expose une dizaine d’installations vidéos qui transforme l’ancien solarium en un espace nocturne habité par les réminiscences biographiques et architecturales.

Centre Pompidou
5 – 14 octobreoct.

Apichatpong Weerasethakul
A Conversation with the Sun (VR)

Performance Focus
Réserver

Seconde incursion du cinéaste thaïlandais dans le domaine de la performance, A Conversation with the Sun (VR) fabrique à l’aide de la réalité virtuelle les conditions d’un rêve collectif.

Centre Pompidou
23 – 26 octobreoct.
Points communs – Théâtre 95
12 – 13 novembrenov.

Ligia Lewis
Still Not Still

Danse
Réserver

La chorégraphe Ligia Lewis poursuit avec Still Not Still sa réflexion sur les silences et les zones d’ombres de l’Histoire. Dans cette pièce, les interprètes rejouent en boucle une partition dont la dimension burlesque ne fait que souligner le tragique.

Centre Pompidou
27 – 30 novembrenov.

Forced Entertainment
Signal to Noise

Théâtre
Réserver

La compagnie menée par Tim Etchells fête ses quarante ans d’existence et n’en finit pas de se renouveler. Plongés dans une réalité virtuelle qui vacille, six comédiennes et comédiens se voient dépossédés de leurs voix, et de leur être. C’est à ne plus rien y comprendre… Bienvenue dans ce nouveau monde.

Centre Pompidou
13 – 22 décembredéc.
Théâtre des Quartiers d'Ivry
22 – 26 janvierjan.

Sébastien Kheroufi
Par les villages

Théâtre
Réserver

C’est au balbutiement de son parcours artistique que Sébastien Kheroufi découvre Par les villages, de Peter Handke qui évoque le retour d’un écrivain dans son village natal. Dans ce contexte crépusculaire où un univers décline au profit d’un autre, s’élèvent les voix des « offen-sés et humiliés » qui autrefois se taisaient.