Euzhan Palcy

Rétrospective

Archive 2023
1/3

Cette manifestation est organisée par les Cinémas du Département culture et création du Centre Pompidou avec le Festival d’Automne à Paris

Depuis son premier long métrage, Rue Cases-Nègres, en 1983, Euzhan Palcy a produit une œuvre résolument engagée, composée de plus de dix films à ce jour, alternant fictions pour le cinéma et documentaires. Déjà largement reconnue outre-­Atlantique, la cinéaste accompagne pour la première fois en France une rétrospective de ses films, en présence de nombreux invités.

Grandie dans la Martinique des années 1960, passionnée très tôt par le cinéma américain autant que par celui de François Truffaut, Euzhan Palcy n’a de cesse, depuis son premier film Rue Cases-Nègres, de porter à l’écran la multitude des récits des communautés Noires, en France et aux États-Unis. Diplômée de l’École Louis Lumière, première réalisatrice française à être récompensée par un César, elle fait également figure de pionnière en réalisant, en 1989, son second long métrage à Hollywood, Une saison blanche et sèche, d’après le roman d’André Brink, avec Marlon Brando. « Avec ma caméra je ne filme pas. Je répare… J’essaye modestement de guérir les blessures créées par l’Histoire », expliquait-elle en 2019, alors invitée d’honneur du Festival de film de femmes de Créteil. La cinéaste présente au Centre Pompidou ce travail d’une vie, élargi par le format documentaire, notamment avec le triptyque Aimé Césaire, une voix pour l’histoire (1994), puis Parcours de dissidents (2005). En 2022, elle reçoit un Oscar d’honneur pour l'ensemble de sa carrière.

Séances 

  • Mercredi 8 novembre 20h I Séance d'ouverture de la rétrospéctive avec la projection de Rue Cases-Nègres (1983, 103 minutes), en présence d'Euzhan Palcy en savoir plus
  • Jeudi 9 novembre 20h I Projection d'Une saison blanche et sèche (1989, 106 minutes), en présence d'Euzhan Palcy et de la journaliste et femme politique Audrey Pulvar en savoir plus
  • Samedi 11 novembre 16h I Projection du Combat de Ruby Bridges (1998, 96 minutes), précédé de Comment vont les enfants ? / Hassane (1990, 11 minutes), en présence d'Euzhan Palcy et de la cinéaste Maïmouna Doucouré en savoir plus
  • Dimanche 12 novembre 17h I Masterclasse d'Euzhan Palcy – entrée libre dans la limite des places disponibles
  • Dimanche 12 novembre 20h I Projection de Siméon (1992, 115 minutes), en présence d'Euzhan Palcy et de la chanteuse Meryl en savoir plus
  • Lundi 13 novembre 20h I Projection du Parcours de dissidents (2005, 88 minutes), précédé de L’Ami fondamental, Aimé Césaire/Léopold Sédar Senghor (2008, 18 minutes), en présence d'Euzhan Palcy et du journaliste Harry Roselmack en savoir plus
  • Mercredi 15 novembre 20h I Projection de Aimé Césaire, une voix pour l’Histoire (1994, 3x52 minutes), présentée par Rokhaya Diallo, dans le cadre du 110e anniversaire de la naissance d’Aimé Césaire en savoir plus
  • Jeudi 16 novembre 19h I Projection des Mariés de l’Isle Bourbon (2007, 180 minutes) en savoir plus
  • Vendredi 17 novembre 20h I Projection de Siméon (1992, 115 minutes), en présence d'Euzhan Palcy en savoir plus
  • Samedi 18 novembre 16h I Projection de Aimé Césaire, une voix pour l’Histoire (1994, 3x52 minutes) en savoir plus
  • Samedi 18 novembre 20h I Projection de Rue Cases-Nègres (1983, 103 minutes), présentée par Emmanuel Burdeau en savoir plus
  • Dimanche 19 novembre 15h I Projection du Combat de Ruby Bridges (1998, 96 minutes), précédée de Comment vont les enfants ? / Hassane (1990, 11 minutes) en savoir plus
  • Dimanche 19 novembre 18h I Projection d'Une saison blanche et sèche (1989, 106 minutes) en savoir plus

Dans le même lieu

Centre Pompidou
27 - 29 septembresept.

Mathilde Monnier
Territoires

Danse
Réserver

Investissant les galeries du Centre Pompidou le temps d’un week-end, Mathilde Monnier propose avec Territoires un travail sur la mémoire et la circulation, comme « une collection de 30 ans de gestes issus de ses créations ». Une façon de faire jouer la mémoire au présent, dès maintenant, ou par anticipation.

Centre Pompidou
2 octobreoct. — 9 novembrenov.

Apichatpong Weerasethakul
Rétrospective

Arts visuels Focus

Apichatpong Weerasethakul présente la rétrospective intégrale de ses films au Centre Pompidou : ses huit longs métrages, la trentaine de films courts (et rares) qu’il a réalisés, des œuvres collectives ainsi que deux longs métrages dont il est le producteur.

Centre Pompidou
2 octobreoct. — 31 décembredéc.

Apichatpong Weerasethakul
Particules de nuit

Arts visuels Focus

Le cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul est l’invité du Festival d’Automne et du Centre Pompidou. Il expose une dizaine d’installations vidéos qui transforme l’ancien solarium en un espace nocturne habité par les réminiscences biographiques et architecturales.

Centre Pompidou
5 - 14 octobreoct.

Apichatpong Weerasethakul
A Conversation with the Sun (VR)

Performance Focus
Réserver

Seconde incursion du cinéaste thaïlandais dans le domaine de la performance, A Conversation with the Sun (VR) fabrique à l’aide de la réalité virtuelle les conditions d’un rêve collectif.

Centre Pompidou
23 - 26 octobreoct.
Points communs – Théâtre 95
12 - 13 novembrenov.

Ligia Lewis
Still Not Still

Danse
Réserver

La chorégraphe Ligia Lewis poursuit avec Still Not Still sa réflexion sur les silences et les zones d’ombres de l’Histoire. Dans cette pièce, les interprètes rejouent en boucle une partition dont la dimension burlesque ne fait que souligner le tragique.

Centre Pompidou
27 - 30 novembrenov.

Forced Entertainment
Signal to Noise

Théâtre
Réserver

La compagnie menée par Tim Etchells fête ses quarante ans d’existence et n’en finit pas de se renouveler. Plongés dans une réalité virtuelle qui vacille, six comédiennes et comédiens se voient dépossédés de leurs voix, et de leur être. C’est à ne plus rien y comprendre… Bienvenue dans ce nouveau monde.

Centre Pompidou
13 - 22 décembredéc.
Théâtre des Quartiers d'Ivry
22 - 26 janvierjan.

Sébastien Kheroufi
Par les villages

Théâtre
Réserver

C’est au balbutiement de son parcours artistique que Sébastien Kheroufi découvre Par les villages, de Peter Handke qui évoque le retour d’un écrivain dans son village natal. Dans ce contexte crépusculaire où un univers décline au profit d’un autre, s’élèvent les voix des « offen-sés et humiliés » qui autrefois se taisaient.