Alexandre Sokourov / Alexei Guerman / Darezhan Omirbaev Alexandre Sokourov / Alexeï Guerman / Darezhan Omirbaev et La Nouvelle Vague Kazakh

[Cinéma]

Alexandre Sokourov

En vingt ans, Alexandre Sokourov, cinéaste russe, a tourné une trentaine de films de tout format ( 35, 16, video ), de tout genre ( fiction/documentaire ), de toute durée (court, moyen, long-metrage ). Seuls trois de ses films ont été distribués commercialement en France ( Le Jour de l'Eclipse, Sauve et protège, Mère et fils ). Il est donc urgent de présenter les films de Sokourov, un cinéaste que Tarkovski considérait comme le meilleur de sa génération. Expérimentateur mystique, inventeur de formes, historien des secousses sismiques de l'URSS et de la Russie, Alexandre Sokourov mérite d'être connu et reconnu pour ce qu'il est : un des cinéastes important d'aujourd'hui.

Alexeï Guerman

Sélectionné au dernier Festival de Cannes, l'extraordinaire Khroustaliov ma voiture est le premier film d'Alexeï Guerman depuis 1982. L'oeuvre de Guerman est courte - seulement cinq films - mais elle est d'une grande densité et d'une invention formelle assez folle. Redécouverts au moment de la Perestroïka, des films aussi beaux que 20 jours sans guerre ou Mon ami Ivan Lapchine sont de nouveau invisibles. Ils mèritent d'être revus à la lumiere de Khroustaliov ma voiture, nouvelle vision de la période stalinienne, présenté à l'occasion de cette rétrospective en avant-première parisienne.

Darezhan Omirbaev et la nouvelle vague Kazakh

Darezhan Omirbaev est l'auteur de trois passionnants longs-métrages, Kairat (léopard d'argent à locarno), Kardiogramma (découvert à venise), Tueur à gages (prix un certain regard cette année à Cannes). A lui tout seul, il nous a fait entrevoir un continent peu exploré, le cinéma des Républiques d'Asie Centrale et particulièrement du Kazhakstan, une des régions du monde les plus passionnantes du moment au même titre que l'Iran ou Taïwan. Ce programme se propose de montrer les trois films de Darezhan Omirbaev (ainsi que ses courts-métrages) dont Tueur à gages en avant-première ainsi qu'un panorama de films de la nouvelle vague kazakh signés par des auteurs comme Serik Aprymov, Ermek Shinarbaev (Ma vie sur le tricorne), Ardak Amirkulov (La chute d'Otar), Amir Karakulov, Satybaldy Narymbetov (l'Histoire d'un jeune accordéoniste).