Luigi Nono Prometeo

[Musique]

Prométhée fut jadis livré à la vindicte de Zeus. Immobile sous les liens d'Héphaistos, le héros tragique annonçait le crépuscule des dieux. Le Prometeo de Luigi Nono est né de conversations avec Massimo Cacciari sur le Prométhée Enchaîné d'Eschyle. "Prométhée n'est absolument pas un surhomme. Il est plutôt l'incarnation de inquiétude continue, de l'anxiété pour l'inconnu, l'inédit, pour l'autre, de la sereine inquiétude pour l'autre". Luigi Nono conçut cette «tragédie de l'écoute» comme un archipel. Non pas des scènes donc, mais des îles, promesses d'une navigation soumise au gré des flots. Renouant avec la tradition musicale vénitienne des XVIème et XVIIème siècles, celle des Gabrieli ou de Monteverdi à San Marco, le legs inestimable de cette oeuvre qui rassemble récitants, solistes, choeurs, quatre groupes orchestraux et des effets electroniques réalisés en direct, témoigne d'une passion pour l'histoire, l'architecture et la peinture de la cité lagunaire, pour la réalité acoustique et l'acuité des spectres qu'engendrent la stagnance des eaux et le dédale des calli. Il nous invite à poursuivre le cheminement et nous persuade de la nécessaire "faible force messianique".

Laurent Feneyrou