Enrique Diaz La Passion selon G.H.

[Théâtre]

La Passion selon G.H, long monologue de Clarice Lispector (1926-1977),
écrivain brésilien majeur née en Ukraine, très tôt exilée au Brésil, raconte la troublante histoire d’une femme dont la vie bascule pour avoir découvert un cafard à moitié mort terré au fond de l’armoire de son employée de maison.
Une rencontre anecdotique au premier abord qui déclenche une transformation radicale de la vie de G.H., plasticienne vivant à Rio, « soudain en perte de repères et sombrant dans les fonds abyssaux du doute et son flot de questions sur le sens de l’existence. » L’actrice Mariana Lima, placée ici sous la direction de Enrique Diaz, par ailleurs metteur en scène de la Compagnie dos Atores dont le Festival présente cette année deux autres productions, use
« de tous les moyens théâtraux disponibles afin de communiquer au spectateur cette expérience philosophique, un peu mystique,
plongeon magique dans la réalité de la vie », et tente de nommer ce qui détruit.

« Comment parle-t-on du néant, du vide ? […]
Comment se rappeler ce qui ne doit pas s’oublier?[…]
Comment parle-t-on de la mort ?
Comment parle-t-on de la vie ?
Comment parle-t-on ? »