Helmut Lachenmann / Gérard Pesson Concertini / Mes béatitudes / Rescousse (marginalia)

[Musique]

Le parcours de Helmut Lachenmann, penseur et compositeur radical de la musique d’aujourd’hui, peut se lire comme une révolte artistique et politique contre le poids des systèmes et des traditions, contre le carcan des conventions et des complaisances, qu’elles soient idéologiques ou hédonistes. « Le compositeur doit rendre possibles de nouvelles formes d’écoute en créant des situations de “perception libérée” grâce à un nouvel éclairage, une transformation de ce qui nous est familier », déclarait-il en 1972. Animé par une conception de la beauté comme « refus de l’habitude » et de la composition comme un « acte libérateur », Helmut Lachenmann a ainsi développé, depuis les années 1960, une œuvre fondamentalement ouverte, spectaculaire autant que conceptuelle, dans laquelle la mise en espace des sons importe autant que leur mise en relation. Nouvelle manifestation de ce que Martin Kaltenecker a appelé cette esthétique du « refus », de cet « espace qui semble redécouvrir radicalement la musique ».
Concertini dispose autour du chef d’orchestre quatre groupes de quatre instrumentistes ; face à lui, une section de cordes, et derrière lui, un joueur de tuba.
Le sens de l’espace, les processus de contamination, la participation active d’un auditeur sommé de remettre en question ses propres repères, sont également à l’œuvre, de manière toute différente, dans la musique de Gérard Pesson. Mes Béatitudes (pour trio à cordes et piano) comme Rescousse (pour treize instruments), toutes deux organisées à partir de bribes hétérogènes de réminiscences ou d’idées musicales, participent d’une volonté totalisante, d’« un rêve non réalisable de contenir le chaos ». Une page de Lachenmann ou un vers de la poétesse américaine Susan Howe, un rythme indien ou grec, un accord de Bruckner ou une basse de musique techno, constituent quelques-unes des dix-neuf séquences autour desquelles s’articule Rescousse. Mes Béatitudes, reposant sur une alternance de « refrains » et de mouvements de danse, est une lente méditation sur des promesses d’œuvres, des désirs arrachés au silence et à l’oubli. Trois œuvres à contre-courant, qui invitent chacun à forger ses propres métaphores.

Helmut Lachenmann est né en 1935 à Stuttgart. Il vit et travaille à Stuttgart ainsi qu’à Trarego (Italie).
Gérard Pesson est né en 1958 à Torteron (Cher). Il vit, travaille à Paris et dirige le conservatoire de Vitry-sur-Seine.