Julia Cima Visitation

[Danse]

«Visiter » une danse, et, à travers elle, appréhender un temps, une géographie, un corps différents. Véritable projet d’interprète, Visitations  est né du désir de Julia Cima d’aborder des écritures de mouvement précises, d'époques et de pays différents, pour se confronter à l'interprétation « absolue » (sic).
D’Isadora Duncan à Dominique Bagouet, elle s’approprie des danses qui n’ont pas été faites pour ou avec elle et travaille à la manière de les habiter : « Je respecte totalement la précision et l'intention gestuelles  de chacun des ces solos , tout en ayant bien garde de me brider… ». Visitations est conçu de façon à ce que la danse soit la plus lisible possible, tout en suggérant des ouvertures ou des rapports improbables qui révèlent « une » histoire de la danse.  
Une plongée dans la mémoire chorégraphique qui devrait faire émerger la disparité et l’infinie richesse du mouvement tout autant que l’esprit qui en était à l’origine.

Engagée par Odile Duboc pour la création de Trois boléros en 1995, Julia Cima participe dès 1996 aux créations de Boris Charmatz et de l’association edna : chorégraphies, performances, installations. En parallèle, elle collabore avec Alain Michard, Myriam Gourfink, Laure Bonicel et développe des projets personnels notamment Combinaisons  (2000), un premier travail où la voix s’entretient avec le corps.