Romeo Castellucci Hey girl !

[Théâtre]

« C’est une œuvre sur le mouvement. Sur les mouvements. Sur le geste dépourvu de tout contenu.
En général.
Et donc je dirais : c’est un acte avec les mots.
[…]
Ce sera une sorte de danse. Un folklore d’oubli, nocturne, complètement et parfaitement occidental.
[…]
« Principes et lois physiques élémentaires en marche.
Bruits réels ou pas amplifiés
Maquillage : oui
Vêtements : oui
Faux sang : non
Vrai sang : non
Masques à gaz : oui »

Romeo Castelluci
À propos de Hey girl ! (extraits), février 2006
Ce qui me semble beau, ce que je voudrais faire, c'est un livre sur rien, un livre sans attache extérieure, qui se tiendrait de lui-même par la force interne de son style, comme la terre sans être soutenue se tient en l'air, un livre qui n'aurait presque pas de sujet ou du moins où le sujet serait presque invisible... Nul lyrisme, pas de réflexions, personnalité de l'auteur absente.
Gustave Flaubert, lettre à Louise Collet, 1852

Après trois années consacrées au cycle de la Tragedia Endogonidia, une tentative expérimentale de tracer une cartographie européenne du tragique qui a mené la compagnie Raffaello Sanzio de Marseille à Berlin, de Paris à Rome, Romeo Castellucci signe avec Hey girl ! une création indépendante dont tout laisse à penser qu’elle a d’ores et déjà, par son renoncement avoué à nombre de références utilisées/enjeux abordés précédemment, valeur de manifeste pour les années à venir.