Karlheinz Stockhausen Der Gesang der Jünglinge / Glanz / Orchester-Finalisten

[Musique]

Karlheinz Stockhausen (1928-2007) a offert au Festival d’Automne certains de ses plus grands éblouissements. On retiendra notamment  Inori en 1974, Sirius en 1976 à la Sainte-Chapelle, en 1988 l’opéra Montag aus Licht (Lundi de Lumière) et Momente en 1998. Lors de cette 37e édition, plusieurs événements abordent de grands moments de son œuvre.
C’est une œuvre de jeunesse qui lance le programme : en 1956, Gesang der Jünglinge marque une date fondatrice dans l’histoire de la musique électronique en l’appliquant à la voix démultipliée d’un jeune garçon.  Ce « chant des adolescents dans la fournaise » est fondé sur le récit biblique tiré du Livre de Daniel.
Second des quatre tableaux du Mercredi, Orchester-Finalisten (1995-96) est composé pour treize instrumentistes rivalisant de virtuosité au cours d’une suite de solos immergés dans une musique électronique. Cette oeuvre appartient au cycle Licht (« Lumière »), opéra consacré aux sept jours de la semaine
– vingt-neuf heures de musique –, dont la composition occupa Karlheinz Stockhausen de 1977 à 2003.
 KlangSon »), cycle qu’il entama après Licht et qu’il parvint presque à achever, expose les vingt-quatre heures du jour. 
Composé en 2006-07 pour l’Asko Ensemble, Glanz Brillance ») en est la dixième heure : une pièce pour petit ensemble de vents et cordes, dont c’est ici l’une des premières auditions mondiales.