Olga Neuwirth / Karlheinz Stockhausen Hooloomooloo / Harmonien (Harmonies)...

[Musique]

Deuxième concert Karlheinz Stockhausen de ce Festival d’Automne, ce programme propose une deuxième œuvre de Klang, cycle ultime consacré aux vingt-quatre heures de la journée.
Composés en 2006 et 2007, Harmonien, pour trompette solo, et Hoffnung (« Espoir »), pour violon, alto, violoncelle amplifiés et tam-tam correspondent respectivement à la cinquième et à la neuvième heure.
La nomenclature singulière de la seconde traduit la volonté universalisante qui anime la démarche du compositeur, dont l’un des axes aura été la figuration du temps. Une préoccupation qui est aussi celle d’un cinéaste comme David Lynch : temps ralenti et accéléré, rhizomatique et « chiffonné », à l’œuvre notamment dans son film Lost Highway.
La Suite, tirée de l’opéra composé en 2003 par Olga Neuwirth et l’écrivain Elfriede Jelinek à partir de ce film magistral, souligne combien la compositrice partage avec Stockhausen un goût pour l’hybridation sonore produite au moyen de l’électronique : la musique d’Olga Neuwirth est aussi un jeu avec la perception. De cette approche plastique du son témoigne également Hooloomooloo, inspiré en 1997 par un triptyque de tableaux en reliefs de Frank Stella.
Répartis en trois groupes et accompagnés par un enregistrement numérique, les instruments se fondent et se répondent, dilatent l’espace en de constants changements de perspectives.