Elisabeth LeCompte / The Wooster Group Vieux Carré

[Théâtre]

Tout comme La Ménagerie de verre (1944), premier grand succès de Tennessee Williams (1911-1983), Vieux Carré (1977) « se passe dans la mémoire » et l’auteur-narrateur se penche sur ses souvenirs.
Il se revoit pendant la dépression des années 1930 dans le meublé sordide de la Nouvelle-Orléans où il a connu l’éveil artistique et sexuel. Les autres locataires de l’immeuble se bousculent dans sa mémoire, archétypes de ses futurs personnages, maladivement sensibles et obsédés par leurs désirs de libération et leurs rêves contrariés.
Dans sa mise en scène de Vieux Carré, le Wooster Group puise à certaines abstractions formelles du Nô japonais – en particulier les pièces de fantômes – et emprunte, d’un point de vue stylistique, à l’univers trouble des films improvisés de Paul Morrissey, réalisés avec Andy Warhol au début des années 1970.
Le Vieux Carré du Wooster Group exprime ainsi à sa manière le lyrisme de Tennessee Williams, en réfractant un passé de brume à la lumière précise et crue du présent.