Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2015, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives

Lucia Calamaro

L’Origine del mondo

Ritratto di un interno

Théâtre

    DATES ET LIEUX
    • La Colline – théâtre national
      20 au 24 octobre

    Lucia Calamaro ne situe pas L’Origine du monde au même endroit que Courbet. Elle n’est pas un lieu, mais un faisceau de relations ; pas une image, mais un cri projeté à l’infini : celui de la souffrance d’être au monde. Daria est entre deux âges et entre deux femmes : sa mère et sa fille, laquelle est doublée d’une psychanalyste finalement aussi possessive que les deux autres.
    Daria est dépressive. En trois séquences, chacune inscrite sous l’égide oppressante d’une fonction domestique et de ses appareils de maintien de l’ordre, frigo ou machine à laver, elle se cogne aux murs d’une réalité qui la renvoie sans cesse vers le centre, vers elle-même. Le nœud du problème est dans le nid. En femme de haute culture, et d’humour implacable, Daria peut tendre les bras vers ses grands référents littéraires ou picturaux, faire appel de leurs sentences bibliques –nous sommes en Italie – ou analytiques, elle reste prisonnière des fonctions de fille (de sa mère), et de mère (de sa fille). Lesquelles ne manquent aucune occasion de la rappeler aux bonnes manières. L’autorité du lien qu’elles incarnent l’empêche de s’extraire de la succession. Alors Daria vide son sac, au réel et au figuré, un sac sans fond d’où elle extrait des paroles sans fin, balançant sans cesse entre humour et désespoir, cherchant vaille que vaille, cigarette au bec et le pas trainant, une voie personnelle entre le handicap d’être, en un seul mot, femme-fille-mère, et ce qu’elle perçoit comme « la chose la plus terrible au monde » : la solitude.

    L’Origine del mondo. Ritratto di un interno
    (L’Origine du monde. Portrait d’un intérieur)

    Écriture et mise en scène, Lucia Calamaro
    Avec Daria Deflorian, Daniela Piperno, Federica Santoro
    Conception lumière, Gianni Staropoli
    Décor, Marina Haas
    Assistante à la mise en scène, Francesca Blancato
    Traduction surtitrage, Vincent Raynaud, Caroline Michel

    Production 369gradi, PAV // Coproduction ZTL_pro ; Il Funaro-Pistoia ; Festival Inequilibrio/Armunia ; Santarcangelo 41 // Coréalisation La Colline – théâtre national ; Festival d’Automne à Paris // Avec la collaboration de la Fondation Romaeuropa et Teatro di Roma
    Avec le soutien de l’ONDA
    Première partie créée en avril 2011 au Teatro Palladium (Rome) ; Deuxième partie créée en juillet 2011 au Festival Armunia (Livourne) ; Troisième partie créée en juillet 2011 au Santarcangelo 41 Festival Internazionale del teatro in piazza