Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

György Kurtág
Salvatore Sciarrino

 

Musique

    DATES ET LIEUX
    • Cité de la musique – Philharmonie de Paris
      19 octobre
    György Kurtág et Salvatore Sciarrino partagent un même sens, profond, de la forme. À l’un, la concentration tenant l’existence dans un souffle ; à l’autre, la suspension et l’attente inquiète du son. Et, commune, la tension de marcher sur le fil du silence et de l’infime.
    Les Messages de feu Demoiselle R. V. Troussova, qui établirent sa renommée en Europe occidentale mais dont les exécutions en concert sont rares, et …quasi una fantasia… témoignent de l’art somptueux de György Kurtág. L’intensité de ces Messages et leur concision dénotent une absence, un rêve, une ombre ou un deuil, en une forme concentrée à un si haut degré qu’elle ne saurait supporter de trop longs développements. Toujours, le musicien se met à la recherche de l’essence, une essence nue, aux contours terriblement précis. Kurtág aime à citer le poète hongrois Attila József : « Les structures de branches dépouillées soutiennent l’air vide ». Alors le jeu de la soustraction reflète un monde disloqué, entre une forme et un destin.
    En regard, Salvatore Sciarrino, qui voit en Kurtág un compositeur de la sincérité, rend hommage à deux de ses maîtres, l’un ancien et l’autre moderne. À Alberto Burri, né à Città di Castello, en Ombrie, où réside Sciarrino, à ses Neri (Noirs) ou à ses crevasses blanches (Cretti), dont l’enseignement tiendrait à ceci : « Quand je regarde un long moment le blanc ou le noir, je vois la même chose ». Au cruel Carlo Gesualdo, dont l’histoire retient qu’il assassina son épouse infidèle. Dans son œuvre, aux accents noueux, aux dissonances et aux rythmes inconstants, Sciarrino s’immisce à la manière de Borges et y inscrit une autre logique. Et après plusieurs sonates et de virtuoses parties dans des œuvres instrumentales et vocales, Sciarrino livre enfin une nouvelle composition pour piano et ensemble.
     

    Public aveugle et malvoyant : Concert naturellement accessible

    György Kurtág
    ...quasi una fantasia..., pour piano et groupes d’instruments, opus 27 nº1
    Messages de feu Demoiselle R. V. Troussova, pour soprano et ensemble, opus 17
    Salvatore Sciarrino
    Il sogno di Stradella, pour piano et ensemble
    (création en France – commande du Saint Paul Chamber Orchestra, du Cleveland Orchestra et de l’Ensemble intercontemporain)
    Omaggio a Burri, pour trois instruments ; Gesualdo senza parole, pour ensemble

    Ensemble intercontemporain
    Natalia Zagorinskaya
    , soprano
    Sébastien Vichard, piano
    Matthias Pintscher, direction

    Coproduction Philharmonie de Paris ; Ensemble intercontemporain ; Festival d’Automne à Paris // France Musique enregistre ce concert.