Boris Charmatz / Emmanuelle Huynh / Odile Duboc boléro 2 / étrangler le temps

[Danse]

En raison du confinement annoncé mercredi 28 octobre 2020 pour une période minimum de 4 semaines éventuellement reconductible, ce spectacle est actuellement maintenu mais la ventes de billets suspendue jusqu’à fin novembre 2020.
––––––

Interprètes pour Odile Duboc, Boris Charmatz et Emmanuelle Huynh n’ont jamais cessé de danser le duo issu des trois boléros – comme un point de repère. De cet élan continu est née une autre version, ralentie, dévoilant d’autres nuances de ce corps-à-corps amoureux. boléro 2 / étrangler le temps comme deux angles de vue sur un paysage physique au bord de la sculpture.

En 1996, pendant la création de la pièce trois boléros, Odile Duboc a confié à Boris Charmatz et Emmanuelle Huynh l’interprétation du deuxième boléro – un duo langoureux contrastant avec les deux autres versions. Dans ce duo suspendu, les corps se cherchent, s’enlacent, aimantés l’un par l’autre, exposant tous les contrastes du contact. Après l’avoir dansé pendant de nombreuses années, Boris Charmatz et Emmanuelle Huynh ont présenté une version ralentie de boléro 2 lors de l’ouverture du Musée de la danse en 2009. De ce ralentissement des gestes et de la musique est né le désir de réinterroger cette matière. Hommage à Odile Duboc mais aussi geste d’auteur, injectant dans ce corps-à-corps des traces issues de leur propre travail, étrangler le temps forme un bord entre deux époques : un concentré de temps… Sous l’action du ralentissement se dévoile une plongée en apesanteur, à la limite de la sculpture. La lenteur obsédante de chaque mouvement démultiplie l’effet d’enlacement des corps, produit des effets de loupe sur la chair, sa perméabilité, ses contractions, ses zones d’effleurement. Entre la pièce étranglée et sa version originale s’opère un dialogue qui fait retour sur l’idée d’interprétation, d’archive, de transmission. Dans l’étirement de ces états qu’Odile Duboc a passé sa vie à explorer, s’écrit une autre histoire de la danse, par les corps qui l’ont faite et qui la perpétuent.
––––––
Durée : 1h10