Meg Stuart CASCADE

[Danse]

En raison du confinement annoncé mercredi 28 octobre 2020 pour une période minimum de 4 semaines, ce spectacle ne pourra être présenté aux dates initialement prévues.
––––––
Le Festival travaille actuellement à son report en 2021.
Plus d’informations à partir du 15 novembre 2020.
––––––
Si vous êtes d’ores et déjà muni de billet(s), le Festival va prendre contact avec vous à partir du 3 novembre 2020.
––––––

Chaque projet de la chorégraphe Meg Stuart cherche à créer les conditions d’une expérience perceptive radicale. Après Celestial Sorrow, dérive imaginaire entraînée par des voix, CASCADE invente un territoire transitoire : entraîné dans une série d’effets domino, un collectif fragile cherche à résister à l’entropie qui gagne les corps et l’espace.

Des courses, des chutes qui se succèdent en cascade ; des enchaînements de corps qui perdent leurs repères, tentent de retrouver l’équilibre, de règles qui vacillent, de principes qui se transforment et s’interrompent... Pour cette création, réalisée en collaboration avec le metteur en scène et scénographe Philippe Quesne et le musicien Brendan Dougherty, Meg Stuart est partie d’un ensemble de principes physiques visant à décupler l’intensité circulant sur le plateau. À la manière d’une machine devenue folle, les repères se dérèglent progressivement : l’organisation spatiale et temporelle ne cesse de changer en cours d’action, obligeant le groupe de danseurs et de comédiens à s’adapter, à inventer des circuits alternatifs – d’autres modes de relation et de déplacement. Soumis à des conditions physiques extrêmes – à la fatigue, à la répétition, au dépassement des limites –, ils tentent de synchroniser leurs rythmes, de fabriquer des îlots temporels à l’abri du chaos. Entre genèse et fin du monde, l’environnement créé par Philippe Quesne décuple la perception de cette zone au sens vacillant. Concert physique accompagné par les rythmes de deux batteurs, ou méditation sur le temps, CASCADE appuie sur la touche reset, et réinitialise les coordonnées d’une réalité instable – à la recherche d’autres modes d’interaction et d’organisation collective.