Vincent Thomasset Transversari

[Danse]

Vincent Thomasset confie à son complice danseur Lorenzo De Angelis le soin d’incarner la figure d’un homme à l’arrêt. Il place le mouvement au cœur d’un processus de réappropriation de nos corps et de nos désirs, qui passe par l’incorporation des images qui nous entourent, pour mieux parvenir à les dépasser.

À la croisée des codes du théâtre et de la danse, Vincent Thomasset observe, d’une part, notre rapport aux images – relation souvent inconsciente, parfois addictive –, d’autre part, le rapport des hommes aux diktats du genre qui leur est attribué. Un phénomène identifié au Japon tisse un lien entre ces deux sujets, celui de l’hikikomori, ou la réalité psycho-sociale de personnes, principalement des hommes, qui vivent coupées du monde, réfugiées derrière leurs écrans, situation à laquelle une profonde inadaptation aux standards des masculinités peut prédisposer. Lorenzo De Angelis offre une exploration sensible des frontières qui séparent corps-spectateur et corps-interprète : il est tour à tour celui qui regarde et celui que nous regardons traverser ce qui, plus tôt, pouvait le traverser. Ces deux états de corps prennent soin l’un de l’autre, se répondent et restituent, par le mouvement, ces sédiments déposés là, avec une infinie délicatesse, jusqu’au dénuement.